La production pendant la dépression

La Grande Dépression est considérée comme l’une des périodes les plus sombres pour l’économie américaine, mais certains soutiennent que l’économie américaine a connu une forte croissance de la productivité au cours de la période. Cette colonne réévalue cette performance à l’aide de mesures améliorées de la productivité totale des facteurs qui permettent de comparer la croissance de la productivité pendant la dépression et au cours des décennies suivantes. Contrairement au sombre pronostic d’Alvin Hansen d’une stagnation séculaire, l’économie américaine était dans une position très forte durant les années 1930 selon les normes d’aujourd’hui.
Alexander Field (2003) a décrit les années 1930 comme la «décennie la plus technologiquement progressiste» du XXe siècle pour les États-Unis. Il a fait valoir que la croissance de la productivité totale des facteurs (PTF) a culminé à ce moment-là et s’est largement répandue dans l’économie américaine. Pour faire ces observations, Field s’est appuyé principalement sur l’étude classique de Kendrick (1961), mais a pris les années 1930 pour comprendre les années 1929 à 1941, pour couvrir entièrement à la fois le ralentissement et la reprise.
Les conclusions de Field peuvent surprendre les économistes d’aujourd’hui. Tout le monde sait que les États-Unis ont connu une crise bancaire massive dans les années 1930 et la plupart se souviennent également qu’Alvin Hansen (1939) a diagnostiqué la «stagnation séculaire» comme le pronostic de l’économie américaine en grande partie sur la base du pessimisme quant au progrès technologique. Récemment, et dans la même veine, Robert Gordon (2016) a affirmé que la Seconde Guerre mondiale avait sauvé les États-Unis de la stagnation séculaire et qu’en l’absence de guerre, les perspectives de croissance américaines auraient été au mieux sombres.
Notre nouvel article revisite la mesure de la croissance de la PTF aux États-Unis avant la Seconde Guerre mondiale (Bakker et al 2015). Nous avons construit des estimations qui améliorent celles de Kendrick de plusieurs manières importantes. En particulier, nous fournissons une ventilation beaucoup plus détaillée de la croissance de la PTF au niveau de l’industrie et nous tenons compte des améliorations de la qualité du travail et des services du capital. Ce type de comptabilisation approfondie de la croissance contrôle l’hétérogénéité entre les facteurs de production. Tenir compte de l’apport de main-d’œuvre. Les données simples sur les heures travaillées combinent les heures des avocats, des gestionnaires, des barbiers, des maçons ainsi que des ouvriers agricoles, sans tenir compte des différences d’éducation, d’expérience de travail et de sexe entre ces travailleurs. Comme le note Fernald (2014), ces différentes professions ont des taux de salaire très différents, ce qui correspond probablement à des différences de produits marginaux. Dans le même ordre d’idées, un camion léger (qui est généralement amorti en 10 ans environ) doit avoir un produit marginal plus élevé qu’un hôpital (qui peut fournir des services pendant 50 ans). Dans notre article, nous pondérons les différents facteurs de production à l’aide des prix relatifs des facteurs observés ou estimés afin de contrôler ces différences implicites dans les produits marginaux. Pour 1929 à 1941, cela donne un nouvel ensemble d’estimations construites sur une base similaire à celle utilisée par le Bureau of Labor Statistics des États-Unis aujourd’hui, ce qui nous permet de comparer la croissance de la PTF pendant la Dépression au changement technologique des décennies suivantes.
Un aperçu de ces nouvelles estimations des sources de croissance de la productivité du travail est donné dans le tableau 1. Par rapport à Kendrick, nous constatons que la qualité du travail contribue davantage et la croissance de la PTF moins. Pour l’ensemble de cette période, la croissance de la PTF a représenté environ 60 % de la croissance de la productivité du travail plutôt que les 7/8e attribués au résidu par Solow (1957). 1 Contrairement au pessimisme de la stagnation séculaire, la croissance de la PTF a été très forte dans les années 1920 et 1930, à 1,7 % et 1,9 % par an, respectivement – bien au-dessus de tout ce qui a été observé au cours des 40 dernières années. Quoi qu’il en soit, même si les années 1930 ont vu la croissance la plus rapide de la PTF dans l’économie nationale privée avant la Seconde Guerre mondiale, ce n’était pas la décennie la plus progressiste de tout le XXe siècle en termes de croissance de la PTF. Les années 1948-60 et 1960-73 étaient supérieures à 2,0 % et 2,2 % par an, respectivement (voir la figure 1).
Cela dit, comme le montre le tableau 2, l’accent mis par Field sur la très large progression de la PTF au cours des années 1930 est amplement justifié. La forte croissance de la PTF est cohérente avec la reprise des dépenses de R&D après le début des années 1930, avec le volume et l’éventail des publications techniques à la fin des années 1930 (Alexopoulos et Cohen 2011), ainsi qu’avec l’afflux de technologies et de connaissances étrangères dans l’entre-deux-guerres. , ce qui a entraîné une augmentation de 20 à 30 % de l’invention nationale induite par les retombées dans les domaines scientifiques concernés (Moser et Voena 2012, Moser et al 2014). Nicholas (2003) a constaté qu’un cinquième des brevets attribués aux entreprises industrielles citées dans les années 1920 étaient encore cités dans les brevets délivrés dans le dernier quart du 20e siècle.
Les principaux clusters technologiques « one big wave » 2 de la deuxième révolution industrielle mis en évidence par Gordon apparaissent fortement, mais ne dominent certainement pas. Le secteur manufacturier contribue bien en dessous de la moitié de la croissance totale de la PTF et la plus grande contribution sectorielle provient de la distribution. Il ne s’agissait pas d’une économie dont la croissance de la PTF était dominée par une technologie à usage général, même aussi importante que l’électricité – contrairement à la fin du XXe siècle, où les TIC occupaient une place beaucoup plus importante. La R&D était beaucoup plus concentrée par secteur que la croissance de la PTF, ce qui suggère que les avantages du progrès technique se sont largement répandus plutôt que confinés aux secteurs d’où ils provenaient. 3 La capacité des grands secteurs « non passionnants » tels que l’agriculture, la distribution ou les services financiers à utiliser efficacement les nouvelles technologies semblait beaucoup plus importante, car ils avaient un impact plus important sur la croissance que les petits secteurs de haute technologie « excitants ».
Il semble toujours raisonnable de croire que la croissance rapide de la PTF dans les années 1930 s’est produite malgré – plutôt qu’à cause de – la Grande Dépression. Les faillites bancaires et la perturbation des prêts qui en ont résulté ont constitué un choc négatif qui a nui à l’innovation, bien que la nature localisée des difficultés bancaires ait quelque peu atténué l’impact sur la R&D (Nanda et Nicholas 2014). La résilience de la croissance de la PTF dans les années 1930 reflétait le succès des États-Unis dans la création d’un « système national d’innovation » solide basé sur des investissements de pointe dans le capital humain et la R&D (Goldin et Katz 2008, Mowery et Rosenberg 2000) et une économie de marché dans laquelle la destruction créatrice pourrait s’épanouir, ce qui était devenu bien établi dans le premier quart du 20e siècle.
Cela se reflète dans la croissance impressionnante de la PTF dans les années 1920 et dans le succès bien plus grand des États-Unis dans l’exploitation des opportunités de la deuxième révolution industrielle par rapport à des rivaux comme le Royaume-Uni. La croissance de la PTF aux États-Unis était environ trois fois supérieure à celle du Royaume-Uni dans l’entre-deux-guerres et au moins deux fois plus rapide dans tous les grands secteurs, à l’exception de l’agriculture et de la construction. 4 La force des États-Unis à l’époque résidait dans de bonnes politiques industrielles horizontales (plutôt que sélectives) qui soutenaient l’effort d’innovation du secteur privé alors qu’à ce stade, la R&D du gouvernement fédéral n’était pas importante.
Les États-Unis avaient encore un problème de chômage important à la fin des années 1930, mais ils n’auraient certainement pas été confrontés à une stagnation séculaire à long terme en l’absence de la Seconde Guerre mondiale. Comme Kevin ‘Rourke (2015) l’a récemment souligné, basé en grande partie sur la croissance rapide de la PTF, le « taux de croissance naturel » était élevé aux États-Unis à cette époque et cela aurait soutenu des niveaux élevés d’investissement pour permettre à la croissance du stock de capital de suivre . La Seconde Guerre mondiale a peut-être été utile pour compenser les effets d’hystérésis sur le marché du travail (Mathy 2015), mais elle n’était pas nécessaire pour sauver l’économie d’une faible croissance tendancielle. Selon les normes d’aujourd’hui, les États-Unis de l’époque de la Dépression étaient dans une position très forte même quand Alvin Hansen était si sombre.

La transformation digitale

Il n’existe absolument aucune angoisse: c’est la seule garantie dans le climat mondial actuel des entreprises. Le stress géopolitique ainsi que l’expansion lente ont posé des problèmes en ce qui concerne l’avenir, sans qu’aucune nation ne soit défendue. Le Fonds monétaire international a récemment abaissé ses prévisions d’expansion pour les principales économies mondiales en 2017, indiquant ainsi que la plupart des pays risquaient de sombrer dans une économie difficile si jamais ils n’essayaient pas d’accélérer leur croissance. Ajoutez à cela le fait que les leaders du monde entier sont centrés sur les indices du problème, à savoir une taxation, et des plans d’achat et de vente, sans avoir atteint le sujet sous-jacent: la numérisation. Cisco estime que la numérisation – le lien intelligent entre hommes et femmes, processus, informations et contenus – sera probablement la clé pour que les pays maintiennent leur compétitivité, favorisent l’innovation et créent des emplois. Il a le pouvoir de transformer le fonctionnement des systèmes financiers et de leur donner les instruments qu’ils souhaitent pour une croissance à très longue expression. Malheureusement, la plupart des pays, à l’instar des États-Unis, ne disposent pas du système électronique jugé nécessaire de guider. Il est maintenant temps que les dirigeants nationaux fassent quelque chose, en commençant par s’interroger eux-mêmes sur un certain nombre de questions: Nous avons récemment célébré le 25e anniversaire du Web et l’impact considérable que l’Internet a eu sur la communauté, modifiant ainsi notre façon de travailler et de propulser les nations vers où ils sont ces jours-ci. Fondamentalement, nous avions initialement découvert que le potentiel de transformation de l’Internet dans la vie quotidienne tout au long de l’ère de l’information dans les années 90 me laissait croire que, si nous nous souvenions de cela dans plusieurs générations, ce serait l’ère numérique (2010 à 2030) qui se démarquait une période qui a converti le monde entier. Les endroits qui s’adaptent à la numérisation vont grimper, même si ceux qui choisissent de ne pas en tenir compte chuteraient inévitablement. La France s’est déjà positionnée seule pour votre potentiel numérique. Le gouvernement français a mis en place le souhait de faire de ce pays une république numérique électronique qui devrait générer un travail de 1,1 million d’euros au cours des trois prochaines années et un développement du PIB de 719 milliards de dollars au cours des dix prochaines années. Grâce à des efforts visant à encourager et à encourager les chefs d’entreprise, à accroître la productivité grâce à des zones métropolitaines rationnelles et à la formation électronique en vue d’acquérir une expertise pour le futur, la France devient rapidement un leader technologique mondial. Ce système est disponible à un moment où les économies occidentales sont arrivées à un moment propice pour nager, soumettez-le-Brexit. Ces achats serviront à alimenter les progrès monétaires de la France, à faire carrière et à favoriser la créativité. Ils constitueront également un avantage pour les pays européens et la communauté.

Le développement des ramjets

Mis à part une brève expérience avec des prototypes propulsés par des fusées et une courte période de SST, le désir de l’homme d’aller vite n’est pas plus évident dans le monde des jets rapides, les forces aériennes du monde entier obtenant tous les meilleurs jouets à expérimenter.

Comme à l’époque du Concorde et de son homologue russe, le SST, les jets militaires sont, dans l’ensemble, de plus en plus lents. Une fois que la vélocité a assuré une meilleure chance de survie, les couleurs noires plates et les formes furtives bizarres sont la tendance actuelle. Cependant, si vous voulez vraiment visiter rapidement, retournez quelques années, les chasseurs à réaction les plus rapides arrivant à maturité pendant la bataille froide, l’OTAN et les puissances soviétiques ont investi des milliards en RAndD pour votre machine de vélocité ultime. Le Foxbat règne toujours en maître, suivi de près par plusieurs autres modèles de Mig. Si la suprématie aérienne ne tenait qu’à la vitesse, nous parlerions tous d’un autre vocabulaire.

L’ère des jets rapides est vraiment terminée, les forces atmosphériques se tournent de plus en plus vers les drones ou les drones sans pilote, ce qui élimine l’élément humain, du moins en ce qui concerne les risques.

Le premier avion à voyager à des vitesses supersoniques était un avion de recherche Bell By-1 propulsé par une fusée et piloté par le major Charles E. Yeager de la pression aérienne américaine le 14 octobre 1947. Après avoir été largué du ventre du Boeing B-29, le XS-1 a franchi le mur du son (local) à 1 066 km (662 miles) à l’heure et a atteint une vitesse de pointe de 1 126 km (700 miles) à l’heure, soit Mach 1,06. Par la suite, de nombreux avions des services militaires capables d’effectuer des vols supersoniques de ligne ont été construits, bien que leur vitesse soit généralement limitée à Mach 2,5 en raison de problèmes liés à l’échauffement par frottement de la peau de l’avion.

Le premier transport supersonique (SST) était le Tupolev Tu-144 soviétique, qui a effectué son premier vol supersonique en juin 1969 et a commencé à transporter du courrier entre Moscou et Alma-Ata (Almaty) en 1975. Le premier avion commercial supersonique de transport de passagers, le Concorde, a été construit conjointement par les constructeurs d’avions britanniques et français ; il a effectué sa première traversée transatlantique le 26 septembre 1973 et est entré en service normal en 1976. English Airways et Air France ont cessé d’utiliser le Concorde en 2003. Le Concorde avait une vitesse de croisière optimale de 2 179 km (1 354 miles) par heure, soit Mach 2,04.

Le statoréacteur constitue un moyen de propulsion facile et efficace pour les avions à des vitesses de vol supersoniques relativement élevées. Il est cependant très inefficace aux vitesses de vol transsoniques et totalement inadéquat aux vitesses subsoniques. Le turboréacteur continue d’être développé pour pallier cette insuffisance. Dans ce système (illustré à la figure 8), une turbosoufflante est intégrée à l’entrée d’un statoréacteur pour charger ce dernier d’un flux d’air pressurisé à la vitesse de vol subsonique des compagnies aériennes, où la pression du statoréacteur est inadéquate pour un fonctionnement efficace du statoréacteur. En vol supersonique, les pales de la soufflante, si elles sont à pas variable, peuvent être mises en drapeau de sorte qu’elles n’interfèrent généralement pas avec l’écoulement de l’atmosphère du statoréacteur. Une entrée séparée du moteur central qui entraîne la soufflante peut être fermée afin de ne pas exposer la turbomachine à l’environnement hostile de l’air dynamique à haute température.

Une autre variante du turboréacteur se passe complètement de l’entrée du moteur central et du compresseur primaire. À la place, l’avion transporte un réservoir de comburant, comme de l’oxygène liquide. L’oxydant est fourni dans la chambre de combustion centrale avec le carburant pour soutenir la procédure de combustion, avion de chasse qui génère le flux d’essence chaude pour alimenter la turbine qui entraîne le ventilateur. Pendant le vol supersonique, l’amant peut être mis en drapeau, et un surplus de carburant peut être introduit dans la chambre de combustion primaire. L’énergie non brûlée traverse la turbine de la soufflante et subit une combustion dans le statoréacteur lorsqu’elle se mélange à l’air frais entrant par le flux de dérivation de l’amorceur.

Un deuxième mandat pour Trump

La plus grande différence entre élire Trump lors de la réélection et 2016 Trump en 2020 pourrait être l’irréversibilité. La couverture des conditions météorologiques est actuellement le cas le plus évident. Pendant un certain temps, même la plupart des personnes qui ont reconnu la vérité sur le réchauffement climatique y ont vu un processus lent qui n’exigeait pas de mesures rapides. Ces jours-ci, face aux intempéries et à l’aggravation des prévisions cliniques, le prix de nos retards est manifestement l’installation, de même que les dangers qui y sont associés. Selon le Conseil intergouvernemental sur le réchauffement de la planète, le Conseil intergouvernemental sur le réchauffement de la planète dit que, d’ici 2030, les émissions de dioxyde de carbone devront être réduites de 45% par rapport aux niveaux de 2010. Au lieu de diminuer, même dans ce cas, ils augmentent. Dans le premier mandat, Trump a annoncé son intention de mettre un terme aux réformes environnementales en cours, notamment en renforçant les normes de performance énergétique et les limites imposées aux polluants provenant de la nouvelle centrale thermique au charbon, et il s’est engagé à sortir l’Amérique du Paris Deal. Sa réélection retarderait l’engagement du pays dans la décarbonisation jusqu’au 2 1/2 au moins des années 2020, motivant d’autres endroits à ne rien accomplir également. Et le changement qui est ralenti devient de plus en plus difficile politiquement et économiquement. Si la décarbonisation avait commencé à l’échelle mondiale en 2000, une réduction des émissions d’environ 2% par an aurait été suffisante pour rester en dessous de 2 degrés Celsius de réchauffement, selon le Global Carbon Project. Maintenant, il faudra environ 5% par an. Ce sera environ 9% si nous attendons une autre décennie. Aux États-Unis, le bouleversement monétaire et la résistance populaire que ce type de mouvement soudain entraînerait à coup sûr pourraient être plus importants que notre système politique ne peut en garder. En outre, personne ne sait si le monde réussira probablement à renverser des facteurs permanents, tels que l’effondrement de la page des glaçons antarctiques de l’ouest américain, ce qui nous mènera probablement au désastre d’une montée tragique des mers. L’élection de 2020 pourrait également permettre de déterminer si les États-Unis suivent la formation et garantissent une autre forme de course fulgurante dans le monde entier, augmentant les risques d’accidents nucléaires et de guerre nucléaire. La doctrine de Trump, « l’Amérique d’abord », les alliances des États-Unis et l’inconvénient unilatéral des traités aux avant-bras rendaient le monde beaucoup plus risqué. Immédiatement après avoir sorti l’Amérique de l’accord nucléaire iranien (ce qui a gravement nui à la réputation de l’Amérique en tant qu’allié et amoureux des négociations), Trump n’a pas réussi à obtenir de la Corée du Nord quelque chose qui s’approchait des conditions de l’accord avec l’Iran, laissant derrière lui Kim Jong Un simplement décochée mais avec un classement mondial élevé. De nombreux pionniers du monde espèrent que la présidence de Trump constituera une avancée dont il se débarrassera en 2020 et dont son successeur rechargera les engagements de l’Amérique envers ses alliés, ainsi que les principes du multilatéralisme et de la non-prolifération. Toutefois, s’il est réélu, de nombreux pays dans le monde pourraient préférer recourir aux armes nucléaires, en particulier dans des territoires qui auraient pu avoir confiance en la protection des États-Unis, y compris l’Asie du Centre-Est et du Nord-Est. Le plan international de non-prolifération que les États-Unis et d’autres pays ont préservé au cours des dernières décennies pour encourager les puissances non nucléaires à rester ainsi est en danger. Le fait que le programme soit généralement devenu populaire peut être un hommage à diverses techniques, notamment les engagements de sauvegarde bilatéraux et structurés par une alliance américaine concernant des incitations, des sanctions et des pays non nucléaires, ainsi que des promesses des États-Unis et de la fédération de Russie. capacités-pour créer des barres remarquables avec leurs arsenaux individuels. Dans sa phrase initiale, Trump a commencé à saper le programme de non-prolifération et à démanteler les derniers traités de contrôle des biceps et des triceps entre Moscou et Washington. En octobre, il a expliqué comment le programme You.S. sortirait du Traité sur les facteurs nucléaires de type intermédiaire (INF) signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhail Gorbatchev. Bien que les infractions russes du traité mentionné par Trump soient inexcusables, il n’a pas ménagé ses efforts pour soutenir la Russie dans le respect de ses engagements. En revanche, en endommageant le traité, il a permis à la fédération de Russie de se tirer d’affaire. Qui plus est, ils ne manifestent aucune fascination pour l’étirement de New Begin, qui considère que, en 2011, les arsenaux nucléaires idéaux de la fédération de Russie et des États-Unis sont minimes. 2021 marquera la première année depuis 1972 sans qu’un accord juridiquement contraignant ait été mis en place pour contrôler et réduire les arsenaux les plus meurtriers jamais créés si le traité venait à expiration.

Hélicoptère: une évaluation de la qualité des pilotes

Au 31 décembre 2021, il y avait environ 32 831 pilotes d’hélicoptères en activité aux États-Unis. La société Robinson Helicopter a réussi à diplômer presque autant de pilotes depuis le milieu des années 80 dans le cadre de son programme de sécurité de quatre jours pour les aviateurs Robinson. Donc, juste après avoir passé mon test de pilotage d’hélicoptère commercial, et fort d’une solide recommandation de mon alma mater, Hillsboro Aero Academy, je me suis inscrit. Robinson propose 13 cours par an à l’usine de Torrance, en Californie, et beaucoup plus à l’étranger par le biais de son réseau de concessionnaires. Le cours couvre les conseils de sécurité et les meilleures méthodes, avec des sessions en petits groupes adaptées aux machines R22, R44 et R66, respectivement. Selon Kurt Robinson, président et directeur général de Robinson, Hélicoptère Megève le cours a été créé pour partager les leçons essentielles découvertes et les connaissances accumulées au cours de plusieurs décennies d’expérience à l’échelle de la flotte. « Nous aimerions que vous sachiez ce que nous savons », a-t-il expliqué. Après cette introduction, nous plongeons directement dans la leçon avec une vue d’ensemble non censurée des accidents mortels d’hélicoptères, une introduction avec des clips vidéo sur les incidents, une évaluation des résultats et des circonstances de chaque incident, et toutes les leçons découvertes, les indicateurs codifiés et les déclencheurs compilés. La connaissance conventionnelle des accidents à l’intérieur d’un appareil compliqué comme un hélicoptère peut suggérer que la défaillance mécanique est la cause principale des accidents d’hélicoptères, mais les faits disent le contraire. Quatre-vingt-dix pour cent de tous les accidents de R22 et la totalité de tous les accidents de R66 (jusqu’à présent) sont la conséquence directe d’une erreur de l’aviateur. L’omniprésence des caméras GoPro et des téléphones intelligents fournit des éléments concrets pour l’évaluation, des éléments qui présentent – encore et encore – les effets brutaux et obsédants d’un mauvais jugement, d’un manque de compétence aéronautique, d’un excès de confiance ou d’une réticence timide et non professionnelle à dire « non » lorsque la voix interne le murmure. La matière devient directe et personnelle pour chaque aviateur participant au cours. La maturité psychologique est l’élément de sécurité le plus important qu’un aviateur puisse avoir. La conclusion profonde que l’EGO ne sera pas votre AMIGO est certainement la caractéristique fondamentale d’un excellent pilote – un véritable aviateur – et le contenu du programme ramène les participants à cette étape cardinale à plusieurs reprises. Après la période préliminaire, des leçons sensées commencent, avec d’abord un voyage substantiel à partir de la ligne de création, ainsi qu’une présentation claire du pourquoi et du comment des situations sont conçues et construites de la manière dont elles le sont, accompagnées de périodes de plongées fortes dans l’idée du chopper, les problèmes de vol essentiels, les performances, les restrictions et les méthodes d’urgence. Tout est présenté dans le cadre raisonnable des procédures de vol quotidiennes et des exigences qui en découlent pour la machine comme pour le pilote. J’ai trouvé les systèmes d’aéronefs, les inspections avant vol et les sessions d’entretien extrêmement utiles. Personnellement, nous avons confiance en mon vol préalable de l’avion. Mais en tant que pilote d’hélicoptère débutant, je n’étais pas certain d’être capable de reconnaître un indice subtil indiquant que quelque chose n’allait pas pendant le vol. Ce programme a mis fin à cette incertitude. Pour chaque période, un cadre d’hélicoptère nu, avec des tringleries de commande en état de marche clairement visibles et disponibles, était mis à disposition, ainsi qu’une table d’exposition avec des éléments inutilisables pour une évaluation tactile par chaque participant – certains endommagés, d’autres usés jusqu’à la limite, d’autres encore subtilement fissurés ou corrodés. Chaque anomalie était notée au fur et à mesure que le composant faisait le tour de l’espace, et la cause de l’état (entretien irresponsable ou mauvais/procédure abusive, etc.) était clairement décrite avec des détails sur la manière d’éviter le développement de dommages comparables. Dans certains cas, les pièces usagées ne sont pas immédiatement observables par l’aviateur lors de la visite, l’instructeur souligne donc pourquoi, comment et ce qu’il faut inspecter au bout du compte au toucher, à l’odeur et au moyen d’un regard d’entretien. Les risques aéronautiques significatifs et statistiquement pertinents sont protégés. Il s’agit notamment des risques opérationnels propres aux procédures de l’hélicoptère, comme les fils, les turbulences, la perte de performance du rotor de queue et bien plus encore. Et ils sont examinés dans le contexte d’accidents réels documentés. Les calculs de performance globale et les pièges géographiques et environnementaux du monde réel sont examinés et discutés – des trucs et astuces pour éviter ces pièges, dont beaucoup n’ont jamais cru ou entendu parler, sont distribués et ajoutés à la base de rencontre de chaque pilote.

Résoudre le problème de trop connecté pour échouer

La crise financière actuelle a mis en évidence le problème des institutions qui sont trop connectées pour être autorisées à faire faillite. Cette colonne suggère de nouvelles méthodologies qui pourraient constituer la base de politiques et de réglementations pour résoudre le problème du trop connecté pour échouer.
La mondialisation financière s’est révélée être une arme à double tranchant à cet égard. Alors que la complexité et la mondialisation croissantes des services financiers peuvent contribuer à la croissance économique en lissant l’allocation du crédit et la diversification des risques, elles peuvent également exacerber le problème du trop-connecté-à-l’échec. Par exemple, une plus grande connectivité peut conduire à des situations où les erreurs de calcul d’une institution quant à ses risques conduisent à sa disparition, engendrant un grand nombre de faillites d’institutions financières, des pénuries de liquidités et même de graves pertes en capital dans le système financier. En effet, la crise actuelle a montré comment les innovations financières ont permis des transferts de risques qui n’étaient pas pleinement reconnus par les régulateurs financiers ou par les institutions elles-mêmes.
Étant donné que les gouvernements interviendront probablement pour maintenir à flot des institutions considérées comme trop liées à l’échec, ces institutions bénéficient d’un filet de sécurité implicite. Mais cela encourage les investisseurs et les gestionnaires d’autres institutions à prendre également des risques excessifs.
Certains décideurs politiques (par exemple, Stern et Feldman 2004) ont depuis longtemps reconnu ce problème et ont appelé à une surveillance et une réglementation macroprudentielles axées sur les risques systémiques, et pas seulement sur les institutions individuelles. Cependant, il est facile d’ignorer de tels avertissements lorsque les temps sont bons, car la probabilité d’un événement extrême ou extrême peut sembler lointaine – un phénomène appelé myopie en cas de catastrophe. De plus, il est difficile de surveiller les liens qui mènent au problème de trop de connexion pour échouer. Pourtant, pour faire de la surveillance macroprudentielle une réalité – comme les pays du G20 l’ont demandé dans le communiqué à l’issue de leur sommet du 2 avril -, les décideurs doivent être en mesure d’observer les informations sur les liens potentiellement systémiques.
Méthodes d’évaluation du risque systémique
Dans des recherches récentes, nous avons examiné des méthodologies qui pourraient faire la lumière sur le moment où les liens financiers directs et indirects peuvent devenir systémiques (FMI 2009, chapitre 2). Plus précisément, nous présentons plusieurs approches complémentaires pour évaluer les liens systémiques du secteur financier, notamment :
L’approche réseau s’appuie principalement sur des données au niveau de l’établissement pour évaluer les « externalités de réseau » – comment les interconnexions peuvent causer des problèmes inattendus. Cette analyse, qui peut suivre la réverbération d’un événement de crédit ou d’un resserrement de la liquidité dans l’ensemble du système financier, peut fournir des mesures importantes de la résilience des institutions financières aux effets domino déclenchés par les difficultés de crédit et de liquidité.
Le co-risque, ou modèle de risque de crédit conditionnel. Étant donné qu’il est difficile d’obtenir des informations détaillées au niveau de l’institution, nous illustrons également des méthodologies qui utilisent des données de marché pour saisir les liens systémiques directs et indirects. Par exemple, la figure 2 montre le pourcentage d’augmentation du risque de crédit conditionnel (CoRisk). Le co-risque est mesuré comme l’augmentation des spreads des swaps sur défaillance de crédit (CDS) d’une institution « bénéficiaire » qui se produirait lorsque le spread des CDS d’une institution « source » (à la base de la flèche) se situe au 95e centile de sa distribution. Celui-ci mesure la perception par le marché de l’augmentation du « tail risk » induit par une institution envers les autres à partir de mars 2008, avant la fusion de Bear Stearns avec JPMorgan. Enfin, nous présentons une méthodologie à fort pouvoir prédictif qui exploite les données historiques sur les défauts aux États-Unis pour évaluer les liens systémiques directs et indirects à l’échelle du système bancaire. Le chapitre 3 du rapport du FMI fournit d’autres analyses de risque systémique basées sur des données de marché.
Le modèle d’intensité de défaut, conçu pour saisir l’effet des liens systémiques contractuels et informationnels entre les institutions, ainsi que le comportement de leurs taux de défaut sous différents niveaux de détresse globale. Le modèle est formulé en termes de taux de défaut stochastique, qui saute lors d’événements de crédit, reflétant la probabilité accrue de nouveaux défauts en raison des effets d’entraînement. Le modèle a été estimé à l’aide de données obtenues auprès du Moody’s Default Risk Service. Les données comprennent tous les défauts subis par tous les émetteurs privés notés par Moody’s aux États-Unis et couvrent la période du 1er janvier 1970 au 31 décembre 2008.
Chaque approche a ses limites, mais ensemble, ces méthodes peuvent fournir des outils de surveillance inestimables et peuvent constituer la base de politiques visant à résoudre le problème du trop connecté pour échouer. Plus précisément, ces approches peuvent aider les décideurs politiques à évaluer les retombées directes et indirectes des événements extrêmes, à identifier les lacunes d’information à combler pour améliorer la précision de cette analyse et à fournir des mesures concrètes pour aider au réexamen du périmètre de la réglementation – qui c’est-à-dire quelles institutions devraient être incluses et lesquelles n’ont pas besoin d’être à différents niveaux de réglementation.
Les décideurs politiques et les régulateurs se demandent comment maintenir un périmètre de réglementation prudentielle efficace et peu intrusif. Les régulateurs devraient disposer des outils nécessaires pour déterminer quelles institutions sont affectées lors de cycles plausibles de retombées et ainsi déterminer différents niveaux de surveillance et de restrictions prudentielles.
Assurance risque de liquidité
Les informations sur les liens systémiques pourraient aider à répondre à des questions telles que l’opportunité de limiter les expositions d’une institution, l’opportunité de surcharges de fonds propres basées sur des liens systémiques et les mérites de l’introduction d’un fonds d’assurance contre le risque de liquidité. Les améliorations des mécanismes de compensation centralisés actuellement en cours pourraient fournir un moyen de réduire le risque de contrepartie et les risques systémiques potentiels des liens financiers.
Il est très important de combler les lacunes en matière d’informations sur les liens entre marchés, entre devises et entre pays pour affiner les analyses des liens systémiques. Pour combler les lacunes en matière d’information, il faudra des informations supplémentaires, un accès aux données microprudentielles des superviseurs, des contacts plus intensifs avec les acteurs privés du marché, une meilleure comparabilité des données entre pays et un meilleur partage des informations sur une base régulière et ad hoc entre les régulateurs. Bien que ces mesures puissent imposer des exigences supplémentaires aux institutions financières, elles constituent une bien meilleure alternative que d’attendre qu’une crise éclate et que l’information ne devienne apparente qu’au fur et à mesure que les événements se déroulent.
Étant donné qu’il est pratiquement impossible pour un pays d’entreprendre seul une surveillance efficace des liens systémiques transfrontaliers potentiels, le FMI devrait assumer un rôle plus important de surveillance financière mondiale.

Un nouvel avion de chasse

Le 13 février 2014, le journal de boulevard franco-genevois Le Temps en rajoute une couche et dévoile sa véritable nature de cheval de Troie au sein de la Confédération. Ce journal s’attaque frontalement à Ueli Maurer et lui reproche de n’avoir pas choisi un avion plus cher qui n’aurait rien rapporté à la Suisse en terme d’emploi. Le journal continue sa diatribe anti-Gripen en revenant sur les 98 améliorations que la firme SAAB a déjà apporté à son Gripen. Le journal s’attaque aussi à la communication de l’ancien président de la Confédération. Le 25 janvier 2014, le journal de boulevard franco-genevois Le Temps révèle sur son site web que des activistes suédois ont trouvé des documents entre la firme SAAB et le gouvernement fédéral. Le 14 janvier 2014, le journal de boulevard franco-genevois Le Temps titre sur son site web que les Suisses voteront sur l’acquisition de 22 Gripen et se réjouit de cette possibilité d’affaiblir le Pays. Pour une meilleure résistance aux hautes vitesses supersoniques, la voilure a été dotée d’un troisième longeron. Déplacement des aérofreins vers le dessous des entrée d’air. La roulette de nez se replie vers l’avant et comporte deux pneus à basse pression. Pour cela, il est le premier avion de chasse au monde à avoir adopté un radar à balayage électronique, en l’occurrence le SBI-16 Zaslon, capable de détecter 10 cibles et d’en engager 4 en même temps. 70° -60° en site. Une patrouille de quatre avions peut interconnecter ses radars pour surveiller une zone de 560 km de large, le leader de la patrouille pouvant assigner une cible à chaque équipier. Enfin, le MiG-31 peut être dirigé automatiquement vers sa cible depuis une station au sol ou un avion de type AWACS. Le MiG-31 possède également un détecteur infrarouge rétractable. Le système de navigation installé à bord ainsi que la perche de ravitaillement en vol permirent par exemple à un Foxhound d’effectuer un vol d’essai Mourmansk-Pôle Nord-Tchoukotka de plus de 8 000 km accompli en 8 heures et 49 minutes. En 1984, le bureau d’étude MiG commença une profonde modification du MiG-31. L’appareil, désigné MiG-31M, se différencie peu de la version de base extérieurement. La verrière du pilote est faite d’une seule pièce alors que les vitres latérales de l’opérateur sont plus petites. La surface des apex a été augmentée. A la place de l’ancien viseur infrarouge est installé un capteur optronique avec détecteur infrarouge et télémètre laser à l’avant du pare-brise. L’armée de l’air russe et celle du Kazakhstan sont actuellement les seuls utilisateurs du MiG-31. Après avoir envisagé l’achat de MiG-31 au début des années 1990, la Chine a finalement opté pour des Su-27 et Su-30. ]. En mai 2009, le contrat qui s’élève à 400-500 millions de dollars est gelé par la Russie, officieusement en raison de pressions israéliennes, selon une source proche de Rosoboronexport, l’agence russe d’export d’armes.

Le F-18 me direz-vous, cela fait presque 10 ans que l’on en entend parler. Cela était même devenu « l’arlésienne » de la simulation la bonne blague qui fait rire le soir avant de partir en vol avec le squad.. Et pourtant il est la sur mon écran, que de chemin parcouru, que d’attentes suscitées. Alors ce module vaut-t-il d’avoir patienté toutes ces années ? Et bien, à défaut de certitudes et de réponses fermes dues, car la version testée est bien loin d’être une version finale, nous allons tenter de vous éclairer sur le sujet … après la pub …(oups je m’égare) . Ce module est particulier car c’est le premier vrai module full ED ère moderne depuis le A-10C. Enfin full ED pas tout à fait en fait, Belsimtek a rejoint le navire pour aider ED à finir, avancer, terminer (rayer les mentions inutiles) ce projet capital. Ce module sert également a promouvoir la carte « Hormuz » et le futur « asset-pack » aéronavale. Le réglage de l’inclinaison de la caméra se fait via la molette à gauche de la télécommande. On appuie su le petit bouton en haut à gauche pour prendre les photos et en haut à droite pour prendre les vidéos. Un compteur s’affiche pour montrer la durée de l’enregistrement. Le retour vidéo se fait en quasi direct. Le retour vidéo se perd entre 40 et 250m. l’enregistrement continue, mais les boutons de prises de vues ne marchent plus jusqu’à ce que le drone revienne à portée. L’atterrissage : pour atterrir, on peut utiliser le mode « return to home » ou piloter le drone soit même. Avec l’effet de sol des hélices et les trains d’atterrissage rembourrés, l’atterrissage se fait en douceur. En dessous du drone et sous les moteurs, il y a des diodes. Les signaux lumineux envoyés par ces diodes renseignent sur l’état du drone en vol. Une brochure est fournie pour interpréter le langage de ces diodes, mais l’essentiel à retenir est que quand ça clignote, il y a un problème quelque part.

L’armée de l’air indienne a tiré pour la première fois le missile de croisière « Brahmos » d’un avion de combat le 22 novembre dernier. Le tir d’essai annoncé par le ministère de la Défense de l’Inde intervient presque 17 mois après que l’armée de l’air ait volé avec « Brahmos » à bord du Sukhoi Su-30MKI lors d’un test de portage captif. L’armée indienne a déjà déployé le missile « Brahmos », indo-russe depuis ses navires, mais le missile a nécessité plusieurs modifications pour la version aérienne. L’armée de l’air indienne a effectué des modifications logicielles sur le Su-30MKI et Hindustan Aeronautics a apporté les modifications électriques et mécaniques nécessaires à l’avion. La modification la plus difficile était d’optimiser l’alignement de transfert des capteurs inertiels. Soit un processus compliqué d’étalonnage des capteurs inertiels du missile à l’aide des données des systèmes de guidage de l’avion. Après avoir terminé le tir d’essai dans la baie du Bengale, l’armée indienne affirme que le « Brahmos » est maintenant le missile antinavire le plus rapide jamais lancé depuis les airs. Il s’est mieux comporté dans les missions air-sol, en ex-Yougoslavie ou en Arménie. Lorsque l’Allemagne réunifiée l’évalue, elle a la mauvaise surprise de constater qu’avec ses missiles et son viseur de casque, le MiG-29 est en mesure d’abattre la quasi-totalité des F-16 qui lui sont opposés. On ne sait donc plus s’il faut incriminer l’appareil ou bien ses pilotes, peut-être peu ou mal formés. Sans doute convient-il de relativiser et de rappeler qu’il s’agissait d’exemplaires de toute première génération et d’export (donc aux capacités dégradées). Ils étaient opposés à des avions de combat à l’électronique plus évoluée, soutenus par des AWACS, et dont les pilotes volent bien plus régulièrement. Concernant le MiG-29, le marché de l’occasion reste dynamique. La Moldavie a vendu la plupart de ses exemplaires, dont pas moins de 21 rien qu’aux Etats-Unis. Début 2010, le Liban s’en voit proposer 10 mais préfère finalement acquérir des hélicoptères Mi-24.

L’avenir ne s’annonce pas trop mal pour le Super Hornet de Boeing. La production de l’appareil devrait se poursuivre jusque dans les années 2020 et un important programme de modernisation est en cours de développement pour l’US Navy. La Marine américaine a commandé 12 F/A-18E/F en 2016 et négocie l’acquisition de 14 appareils supplémentaires pour l’année fiscale 2017. De son côté, le Koweit négocie actuellement l’acquisition de 28 appareils. Le Super Hornet Bk III changera d’apparence avec l’intégration de réservoirs conformes qui permettront d’augmenter l’autonomie du F/A-18 E/F. Le radar sera remplacé par l’APG 79 a balayage électronique de Raytheon. Les capacités de détection seront également accrues avec la possibilité d’emporter la nacelle IRST Block I et II permettant de faire de la poursuite de cibles à longue distance par infrarouge. Le Bk III comprendra aussi beaucoup d’améliorations en terme d’électronique. Le cockpit sera rénové avec un système tout écran et une meilleure vision de la situation tactique. Le Super Hornet Bk III sera équipé du système de guerre électronique IDECM Block IV. De nouvelles liaisons de données (TTNT et DTPN) devraient améliorer l’intégration avec les avions de conduite E-2, les Growler et le système de combat AEGIS de l’US Navy. Enfin la motorisation fera aussi l’objet d’une modernisation. Tous les aspects de cette modernisation n’ont pas encore été contractualisés. L’E/A-18G Growler, version destinée à la guerre électronique du Super Hornet sera également modernisé. On retrouvera les réservoirs conformes, l’amélioration de la motorisation, la modernisation du cockpit et les nouvelles liaisons de données. Le Growler sera aussi équipé d’un nouveau pod de brouillage (Next Generation Jammer) et le système ALQ-218 (Se trouvant en bout d’aile) sera aussi modernisé.

Sofitel marie art de vivre à la française et raffinement de la culture locale. Inspiré du temps jadis, le Sofitel Shenyang Lido allie les esthétiques orientale et occidentale dans un cadre exquis au raffinement contemporain. Idéalement situé dans le quartier des affaires, cet hôtel 5 étoiles compte 590 chambres luxueuses, trois restaurants épicuriens et un service sur mesure. Un thé chaud servi à l’arrivée est le premier signe de la magnifique hospitalité de Sofitel. Profitez d’une vaste chambre élégamment meublée. Plongez dans un bain relaxant et dormez paisiblement dans votre lit Sofitel MyBed. Une fois prêt à découvrir la ville, des boutiques et du divertissement haut de gamme ne sont qu’à quelques minutes. L’hôtel est renommé pour son personnel d’exception et sa minutie. Chaque jour à 18 h, les ambassadeurs et maîtres d’hôtel officient dans une cérémonie avec chandelles et musique douce. Ressourcez-vous et entamez votre soirée avec ce rituel apaisant. Caroline Fontenoy: Vous qui êtes un pro-européen, pourquoi avoir privilégié envers et contre tout un avion américain? Charles Michel: Parce que cet avion-là était le meilleur rapport qualité-prix. Il est 600 millions d’euros moins cher que ce qui est prévu. Et puis, surtout, il y a eu une procédure très longue, très lourde et très objective. On a donné la possibilité à toutes les agences étatiques de faire des offres, de faire des propositions. Malheureusement, c’était leur choix, les Français n’ont pas remis d’offre dans la procédure objective qui avait été lancée. Je veux aussi mettre en évidence que, si la décision est prise de commander des F-35, 30% des composantes de l’appareil seront fabriquées en Europe, c’est le premier élément. Deuxième élément: pour le reste, pour le matériel blindé, pour la marine également, ce seront des projets européens qui seront choisis. Et je veux être tout à fait clair: nous voulons choisir à la fois l’alliance européenne pour notre défense commune, ce qui est fait au travers des décisions qui sont prises. Nous voulons aussi considérer que les États-Unis restent un partenaire.

Cette catégorie comprend 454 fichiers, vol en avion de chasse dont les 200 ci-dessous. RPG’ shoots down Santa? 110626-F-XH297-004 USAF Female F-15E Pilot Maj. 87-0183 MCD F-15E Eagle U.S. 89-0506 MCD F-15E Eagle U.S. A U.S. Air Force F-15E Strike Eagle aircraft assigned to the 335th Expeditionary Fighter Squadron taxis to its parking spot after a sortie Jan. A U.S. Air Force F-15E Strike Eagle aircraft assigned to the 335th Expeditionary Fighter Squadron taxis to its parking spot after a sortie Jan. A U.S. Air Force F-15E Strike Eagle aircraft waits to be cleared for takeoff by the air traffic control tower at Souda Air Base, Greece, during joint warfighting training with the Hellenic Air Force Feb. Blue Flag 2013. Ovda air base. Blue Flag 2013. Ovda air base. Blue Flag 2013. Ovda air base. Blue Flag 2013. Ovda air base. Air Force Tech. Sgt. Air Force F-15E Strike Eagle receives early morning maintenance at Bagram Airfield Afghanistan on Jan. Les diverses associations qui ont récupéré des Mirage F1 ces derniers mois sont les mieux placées pour imaginer le tour de force que représente ce déménagement dans un délai aussi court. Les Mirage F1 français vont jouer le rôle de plastron pour l’entrainement des pilotes de combat américains. Si l’US Navy et le Marine Corps ont externalisé cette fonction depuis une vingtaine d’années, en revanche l’US Air Force n’a pas encore franchi le pas. Elle s’apprête à le faire massivement. Un appel d’offre est en cours pour l’achat de 37.000 heures de vol chaque année, sur les dix ans à venir. Evidemment, les Mirage F1 ne pourront pas répondre seuls à une telle demande. C’est en fait une véritable armada que mettent en œuvre divers prestataires de services aux premiers rangs desquels figure Atac, filiale de Textron. Le F1 sera en effet un adversaire de bon niveau pour les pilotes de F-16, F-18, F-22 et même F-35. Pour l’US Air Force, le choix de faire appel à ce type d’avions, permet d’économiser le potentiel de ses propres avions, de réduire la facture et de ne pas gaspiller les heures de vol de ses propres pilotes.

Une diversité chinoise

Dialectes chinois, également connus sous le nom de dialectes sinitiques, han oriental, numéro de vocabulaire primaire de l’Asie orientale, de la famille des langues sino-tibétaines. Le chinois est présent dans un certain nombre de types qui sont communément appelés dialectes mais qui sont généralement classés comme langues distinctes par les érudits. Plus de gens parlent une variété de chinois comme langue maternelle que tout autre vocabulaire dans le monde, et Modern Standard Oriental fait partie des 6 langues officielles de l’U. N .. Les variétés parlées de l’oriental sont mutuellement inintelligibles à leurs locuteurs particuliers. Ils varient les uns des autres à peu près au même degré que les langues romanes modernes. La plupart des différences apparaissent dans la prononciation et la langue ; vous trouverez quelques distinctions grammaticales. Ces dialectes incluent le mandarin dans les parties occidentales septentrionales, centrales et traditionnelles de l’Extrême-Orient; Wu ; Nord et Sud Min; Gan (Kan) ; Hakka (Kejia); et Xiang ; et cantonais (Yue) dans le sud-est du pays. Toutes les langues orientales partagent un vocabulaire littéraire commun (wenyan), écrit en chiffres et selon un corpus littéraire commun. Ce vocabulaire littéraire n’a pas de norme de prononciation unique ; un locuteur d’un vocabulaire dit des messages texte en se basant sur les directives de prononciation de son propre vocabulaire. Avant 1917, le wenyan était utilisé pour presque tous les écrits ; depuis cette date, il est de plus en plus approprié de créer dans le style vernaculaire (baihua) plutôt, car l’ancienne langue littéraire est en train de disparaître dans la vie quotidienne de l’Extrême-Orient contemporain. (Son usage se poursuit dans certains cercles littéraires et savants.) Au début des années 1900, un programme d’unification de la langue nationale, basé sur le mandarin, a été lancé ; cela a conduit au chinois standard contemporain. En 1956, un nouveau programme de romanisation connu sous le nom de Pinyin, dépendant de la prononciation des caractères du dialecte de Pékin, a été mis en œuvre en tant qu’instrument académique pour aider à la diffusion à partir de la langue régulière contemporaine. Modifié en 1958, le système a été officiellement prescrit (1979) pour être utilisé dans tous les documents diplomatiques et magazines de langue internationale dans les pays anglophones. Certains érudits séparent l’histoire des langues chinoises en proto-sinitique (proto-chinois; jusqu’à 500 av. J.-C.), chinois archaïque (âgé) (du VIIIe au troisième siècle av. J.-C.), chinois historique (centre) (jusqu’en 907) et oriental moderne. (depuis le Xe siècle jusqu’à nos jours). La période proto-sinitique est la période des inscriptions et de la poésie les plus anciennes ; la plupart des emprunts en oriental ont été empruntés après cette période. Les fonctions de Confucius et Mencius marquent le début de la période chinoise archaïque. La connaissance moderne des sons du chinois pendant la période orientale historique est dérivée d’un dictionnaire de prononciation du vocabulaire de la période antique publié en 601 après JC par le savant Lu Fayan ainsi que de vos travaux de l’érudit Sima Guang, publiés au XIe siècle. Le système audio de l’oriental est marqué par son utilisation de tons pour indiquer les différences de sens entre les mots ou les syllabes qui sont ou bien les mêmes en apparence (c’est-à-dire qui ont les mêmes consonnes et voyelles). Le chinois régulier moderne a 4 nuances, tandis que la langue cantonaise beaucoup plus archaïque utilise un minimum de six nuances, tout comme le chinois ancien. Les termes orientaux n’ont généralement qu’une seule syllabe, bien que l’oriental contemporain puisse faire un plus grand usage de composés que la langue précédente. En termes composés chinois, il y a peu de préfixes ou d’infixes, mais vous trouverez un grand nombre de suffixes. Peu de mots conduisent à une consonne, autre que dans ces dialectes archaïques comme le cantonais. Un terme oriental a une forme invariable (c’est-à-dire qu’il n’offre pas de marqueurs flexionnels ou de marqueurs pour indiquer des parties du discours) et, dans la gamme autorisée par sa signification intrinsèque, peut servir de n’importe quel domaine du discours. Parce qu’il n’y a pas d’inflexion de terme dans le vocabulaire, il existe un achat de mot fixe. La personne et le montant sont exprimés dans le pronom plutôt que dans le verbe. Oriental n’a pas de poste certain (c’est-à-dire aucun mot signifiant « le »), même si le mot signifiant « un » et l’adjectif démonstratif sont parfois utilisés comme articles dans le vocabulaire de nos jours. Les adjectifs, qui sont très probablement de source verbale, ne sont généralement pas fléchis pour le degré d’évaluation et peuvent être utilisés comme adverbes sans altération de type.

Nous ne pouvons pas compter sur les entreprises pour se réformer

C’est presque comme si nous n’étions pas censés le remarquer. Le mois dernier, l’influent Business Roundtable a publié une lettre, signée par 183 chefs d’entreprise de certaines des plus grandes entreprises du monde, redéfinissant le rôle des sociétés dans la société.
Rompant avec près de 50 ans de pratique, le groupe a annoncé qu’il s’engagerait désormais à protéger les intérêts non seulement des actionnaires, mais de toutes les parties prenantes. Livré au plus fort de la saison des vacances d’affaires, la responsabilité des entreprises étant au bas de la liste des choses à faire derrière les glaces et les siestes de l’après-midi, le calendrier était incongru et le libellé, comme tous les compromis sur le consensus, ne promet presque rien.
Le lecteur mondial peut trébucher sur une partie de la formulation, comme l’engagement envers une économie de marché libre qui sert tous les Américains »- cela de sociétés multinationales avec des marchés mondiaux, des opérations externalisées et un impact transfrontalier. Nous pouvons également nous demander comment cette annonce modifie le fonctionnement du marché libre de manière discernable. Les engagements faibles – prendre soin des clients, entretenir de bonnes relations avec les fournisseurs, prendre soin des communautés et de l’environnement – auraient pu être retirés de l’un des rapports annuels existants des sociétés.
Les employés obtiennent au moins certaines assurances spécifiques – rémunération équitable, avantages sociaux, formation et éducation, diversité et inclusion – bien que, bien sûr, le détail sera dans l’interprétation par les entreprises individuelles. Mais les communautés et l’environnement, les parties prenantes les plus vulnérables, obtiennent le plus court et le plus vague changement dans la déclaration. Les communautés seront soutenues « et respectées » et l’environnement sera protégé « par des pratiques durables.
En cliquant sur le site Web de la Business Roundtable, il est clair que l’investissement communautaire et environnemental que ces entreprises ont à l’esprit est très proche de la responsabilité sociale des entreprises en tant qu’oeuvre de bienfaisance qui s’est avérée extrêmement efficace sur le plan fiscal et de marque. -amélioration au cours des dernières années, sans mettre en péril les principaux centres de profit. Il n’y a aucun engagement à s’engager dans le travail plus difficile, plus compliqué et plus douloureux de changer les modèles commerciaux pour reconstituer les communautés et les écosystèmes actuellement maltraités et épuisés.
En effet, toute la lettre se lit comme une mauvaise imitation de la société de bienfaisance « , un modèle d’entreprise conçu pour légalement engager les entreprises à avoir un impact positif significatif sur la société et l’environnement ». Mais la lecture entre les lignes est l’endroit où nous obtenons le plus fort sens de ce qu’est réellement cette lettre: c’est une promesse désespérée et apaisante par les dirigeants d’un plan de Ponzi de peur que leur pyramide de fous consentants ne s’épuise. La dissonance cognitive d’un capitalisme de marché libre efficace, bienfaisant et généreux dans un monde montrant des signes croissants de crise sociale et écologique commence à agiter les sujets. Nous nous réveillons de la matrice, et cette déclaration est destinée à nous amadouer.
La Business Roundtable, plutôt que d’offrir une alternative à la logique du marché libre qui les a amenés à leurs postes de pouvoir, a plutôt doublé. Les entreprises américaines « , nous dit-on, ont été un moteur essentiel de son succès. » L’implication est que les entreprises américaines seront également un moteur essentiel pour nous sortir du gâchis dans lequel les entreprises américaines nous ont plongés. Pendant ce temps, l’État n’est nulle part visible dans cette solution proposée, qui joue sur le point de vue accepté selon lequel le gouvernement est en paralysie et en désarroi, que les changements indispensables seront trop difficiles politiquement, par conséquent, les entreprises doivent intervenir pour réparer la maladie chronique. problèmes que l’État ne peut résoudre lui-même.
Mais la question que nous devons nous poser est: pourquoi le gouvernement est-il paralysé? Et qu’ont fait ces 183 chefs d’entreprise pour assurer cet état de désarroi? Sont-ils en fait ceux qui s’assurent que les changements nécessaires sont politiquement difficiles?
C’est à ce stade que nous pouvons prendre conscience, si nous écoutons assez attentivement, de deux conversations distinctes. La lettre de la Business Roundtable s’inscrit dans le courant du capitalisme des parties prenantes «et de la responsabilité des entreprises, bien que la déclaration évite notamment complètement le mot responsabilité». Mais il y a une conversation distincte qui se déroule dans les cercles politiques sur le pouvoir des entreprises, sur la consolidation de masse de l’industrie, le marché et le pouvoir économique des titans d’entreprises et comment cela est exploité dans le pouvoir politique pour saper le gouvernement.
Examiner la responsabilité des entreprises isolément a pour effet de protéger le pouvoir des entreprises de la vue. Mais le pouvoir est exactement à quoi sert le schéma de Ponzi. De nombreuses entreprises impliquées dans la table ronde des entreprises ont profité de la déresponsabilisation du droit de la concurrence – qui vise à empêcher l’accumulation de pouvoir des entreprises et les distorsions du marché. Le géant des affaires Bayer est signataire de la lettre, après avoir passé relativement indemne un processus d’examen antitrust qui a finalement béni son acquisition de son rival Monsanto, concentrant le contrôle de l’agro-industrie mondiale entre six mains seulement.
Les entreprises puissantes sont libres de faire des promesses auxquelles personne ne peut les tenir responsables. Pensez au récent assouplissement de la réglementation bancaire après la crise financière ou aux tentatives infructueuses de mettre la Big Tech à la traîne – les grandes entreprises puissantes échappent facilement au contrôle public. Microsoft, Facebook et Google ne sont notamment pas membres de la Business Roundtable – pourquoi s’embêter avec la charade?
Pourquoi devrions-nous faire confiance à ces entreprises pour servir l’intérêt public simplement parce qu’elles disent qu’elles le feront? Nous ne devrions pas. La passivité encouragée par la pensée du marché libre a conduit à des résultats obscurément inégaux et préjudiciables. Le public doit servir ses propres intérêts, soit directement, soit par représentation. Il s’agit d’un principe fondamental de la démocratie politique et il est nécessaire si nous voulons maintenir un semblant de démocratie économique.
L’annonce de la table ronde des entreprises est une étape importante. Entravés par la perception que leur devoir principal est envers les actionnaires, il est peu probable que beaucoup de ces PDG se soient sentis confiants d’agir en premier ou d’agir seuls, craignant d’être punis par les marchés financiers pour avoir collé la tête au-dessus du parapet. Le sentiment de sécurité en nombre aura enhardi certains de ces dirigeants autoproclamés. Et la lettre était après tout à moitié juste: les entreprises seront essentielles pour résoudre les défis sociaux, climatiques et technologiques auxquels nous sommes confrontés, mais certainement pas sans la collaboration et les conseils du gouvernement et de la société.
Mais nous n’aurons aucune chance d’influencer les entreprises et nous ne serons pas à l’abri des contre-forces de lobbying que les entreprises peuvent rassembler si la question fondamentale du pouvoir n’est pas abordée. Cela signifie que nous devons intensifier l’application du droit mondial de la concurrence dans le but de réduire le pouvoir de marché, et nous devons également cibler les entreprises les plus puissantes de nos économies pour leur confier de réelles responsabilités, sous peine de dissolution. Les parties prenantes n’ont pas besoin que leurs intérêts soient pris en charge par des sociétés malhonnêtes – les parties prenantes ont besoin de voix, de représentation, d’influence et, finalement, de contrôle pour pouvoir se protéger. Le pouvoir et la responsabilité doivent enfin sortir de l’ombre; les deux conversations parallèles doivent devenir une.
Vous savez, il n’y a rien de nouveau ici. Je suis sceptique à l’extrême à l’égard de tout ce qu’un homme d’affaires dit, tout comme certains sont sceptiques à propos de tout ce que disent certains politiciens.
C’est une réputation méritée. Ils ont gagné la méfiance au cours des 40 dernières années.
Je me souviens quand ils ont dit la même chose pendant les négociations de l’ALENA et ont remarqué les mêmes attitudes à l’égard de la responsabilité et du pouvoir à l’époque. Puis vinrent les Panama Papers.
Les gens se lèvent et crient que les politiciens graisseux changent leur jeu tout le temps, mais je pense qu’il est important de regarder à qui appartiennent ces politiciens. Après tout, le comportement du politicien n’est que le reflet des désirs de leur propriétaire.

Les dauphins apprennent de leurs mamans et autres dauphins

Les chercheurs ont découvert que les dauphins apprennent un joli tour pour piéger les fruits de mer en regardant leurs proches représentants le faire. Cela signifie que les dauphins ne s’inspirent pas seulement de leur mère pour apprendre. Les dauphins découvrent des techniques de recherche de nourriture uniques auprès de leurs mères – et il est maintenant clair qu’ils peuvent aussi apprendre de leurs copains. Prenez la technique intelligente que certains dauphins utilisent pour capturer des fruits de mer en les piégeant dans des coquillages. Il s’avère qu’ils apprennent cette technique en regardant leurs compagnons faire ce travail. La découverte, rapportée dans le journal Present Biology, contribue à révéler comment des équipes d’animaux sauvages peuvent transmettre des comportements appris et construire leurs propres civilisations uniques. « Les dauphins sont en effet des créatures très intelligentes. Il est donc logique qu’ils puissent apprendre des autres », déclare Sonja Wilderness, spécialiste de l’université de Constance en Allemagne. Selon elle, les jeunes dauphins investissent des années dans une association étroite avec leur mère et adoptent naturellement souvent les manières de cette dernière, mais cette recherche montre que « les dauphins ne sont pas seulement capables, mais aussi motivés pour apprendre de leurs pairs. » Les grands dauphins qui vivent à Shark Bay, en Australie occidentale, sont déjà étudiés depuis des décennies, et les scientifiques ont reconnu un millier de personnes en observant la forme et les marques distinctives de leurs nageoires dorsales. Les experts savent à quelles familles appartiennent les dauphins, et surveillent leurs proches représentants. Ces dauphins utilisent une sélection de moyens pour découvrir leur nourriture – et tous les dauphins n’utilisent pas toutes les techniques. Certains dauphins, par exemple, utilisent les éponges comme ressources. Les dauphins cassent une éponge conique sur le fond de la mer, puis l’enfilent comme une couverture défensive sur leur long museau, ou bec. Cela les aide apparemment à pénétrer dans le sable dur des fonds rocheux et à chercher des proies cachées. Des recherches menées il y a dix ans montrent que ce comportement est transmis presque exclusivement de la mère à l’enfant. « Ainsi, tôt ou tard, l’un des dauphins a déterminé qu’il utilisait ces éponges pour chercher sa nourriture », déclare Wilderness. Après cela, elle l’a transmis à ses descendants par le biais de la collection maternelle. Maintenant, Wild et ses collègues ont examiné de près comment les dauphins apprennent une technique supplémentaire pour attraper les poissons – une technique qui consiste à utiliser les coquillages vacants des grands escargots de mer. Un dauphin court après un fruit de mer dans l’une de ces coquilles, déclare Wild, « puis il insère son bec dans l’enveloppe, ramène le tout vers le haut, puis le secoue au-dessus de la surface de l’eau potable pour vider l’eau de l’enveloppe jusqu’à ce que le fruit de mer tombe essentiellement dans sa bouche ouverte ». « C’est un comportement vraiment remarquable », déclare Wild. « Le voir est vraiment une source de réflexion ». Lorsqu’elle et ses collègues ont surveillé quels dauphins utilisaient cette technique dite de « décorticage », ils se sont aperçus que « les actions de décorticage ne se répartissent pas entre la mère et les jeunes, mais se distribuent entre pairs. Ainsi, les dauphins qui passent beaucoup de temps avec des individus qui décortiquent sont plus enclins à apprendre ce comportement eux-mêmes », dauphins explique Wilderness. Si oui ou non les dauphins ont capturé des fruits de mer de cette façon n’a pas semblé être décrit par le nombre de coquilles avait été couché sur leur zone de chasse, ni indépendamment de si un dauphin était génétiquement associé à un dauphin supplémentaire qui a réalisé comment le faire. La meilleure explication, dit-elle, est que les dauphins ont découvert cette méthode à partir d’un associé proche. Auparavant, il a été démontré que les baleines à bosse semblent découvrir des méthodes de chasse en utilisant leurs amis d’une manière comparable, note-t-elle. Les nouvelles observations des dauphins sauvages qui comprennent à partir de leurs pairs est « passionnant », dit Diana Reiss, un spécialiste de la cognition des dauphins au Hunter College, CUNY. « Cela nous renseigne sur l’offre de certaines de ces actions », déclare Reiss. « Est-ce qu’ils apprennent parce qu’ils innovent séparément de leur côté ? C’est possible. Nous ne pouvons pas l’ignorer. Peuvent-ils comprendre uniquement de leur mère ? C’est possible pour certains types de comportements. Mais dans ces actions particulières, il semble qu’ils ne dépendent pas uniquement de la compréhension de leur mère lorsqu’ils sont disponibles. Ils semblent observer les autres, voir ce qu’ils font et l’acquérir auprès d’autres personnes de leur équipe sociale. » La possibilité d’acquérir des connaissances auprès de leurs amis peut aider les communautés d’animaux de compagnie à s’en sortir dans un environnement en mutation. Car si les connaissances des décennies précédentes ont été analysées par le temps, certains comportements peuvent devenir beaucoup moins utiles si les problèmes changent. « Dans les environnements instables qui changent, il est beaucoup plus utile de vérifier ce que font les autres, déclare Wilderness, et peut-être d’adopter leurs innovations comportementales qui s’adaptent mieux aux nouvelles conditions écologiques. »