Quand nos amis seront des chiens

«Les huskies sibériens aiment courir», dit Deb, «et ce qu’ils aiment le plus, c’est toujours déplacer le traîneau. Les chiens sont liés les uns aux autres par une ligne de gang, mais il n’y a pas de rênes organisées par l’individu conduisant une voiture le chariot. « C’est juste un ton contrôlé par la voix », affirme Deb. Ce n’est pas tout de glisser joyeusement au travers d’un pays des merveilles de neige et d’aiguilles de pin. De temps en temps, avoue-t-elle, le traîneau à chiens deviendra alarmant. Plus précisément si vous n’êtes pas attentif à l’environnement, au chemin et aux conditions climatiques. «Mis à part vos problèmes courants des mois d’hiver des terres du Nord concernant les engelures et l’hypothermie, les glaçons et la neige superficielle, les motoneiges peuvent présenter des dangers», dit-elle. «Nous avons des amis proches dont les équipes sont déjà couronnées de succès par les motoneigistes bien qu’ils soient en activité.» Si les propriétaires de voitures de traîneau n’ont jamais un grand pouvoir sur leur groupe, des accidents peuvent survenir. «La ligne directrice numéro un du traîneau à chiens», affirme Deb, randonnée chiens de traineaux Belledonne Isere «ne consiste en aucun cas à libérer le traîneau. Une équipe réduite qui traverse le chemin sans pilote se tordra et se blessera d’elle-même. Deb a prouvé que les chiots étaient un passe-temps lorsqu’elle était adolescente dans le New Jersey, et elle est venue une fois au Westminster Pet Manifestate avec sa mère. Là, elle a découvert une femelle présentant un husky sibérien appelé Sierra Cinnar qui a gagné le meilleur en démonstration, au premier essai en fait pour votre race. Plusieurs années plus tard, peu de temps après avoir découvert qu’elle aimait les Adirondacks et déménagé du New Jersey avec Bob, elle s’est rendue à Innisfree Kennels à Chateaugay, exactement là où cette même dame, Trish Kanzler, et ses proches, élevaient constamment des huskies sibériens. À Innisfree, Deb a apprécié les jeunes chiots husky et a expérimenté le cyclisme avec un traîneau à chiens la toute première fois. «J’étais accro», dit-elle. Accro au traîneau à chiens, mais en plus dans la race particulière de chien. En peu de temps, Deb a abandonné son travail habituel pour un instructeur de langue anglaise (Bob reste un spécialiste en informatique) pour travailler comme un toiletteur. Plus tard, le couple a ouvert le chenil The Dapper-Puppy et a commencé à élever des huskies sibériens. «Depuis que nous avons acquis notre premier husky sibérien en 1999, nous avons certainement élevé trois portées, soit un total de 11 chiots. En fait, ils n’élèvent pas de chiens sur le marché, affirme-t-elle, ils n’offrent pas non plus vraiment de voyages en traîneau ni ne se disputent fréquemment des récompenses, choisissant de subsister dans les revenus du chenil tout en gardant leur fixation de husky comme passe-temps. Néanmoins, en 2013, le style de vie a tourné en arrière pour Deb si le couple a révélé l’un de leurs huskies sibériens, Misschief, au sein du Westminster Pet Display, un énorme coup d’État. «Misschief n’a pas acquis – mais devenir là, dans ce présent, qui avait été l’événement de votre vie», affirme Deb. Bien que Tekna mâche avec enthousiasme une adhésion qu’elle a trouvée, Deb se demande si ce petit chiot pourrait être son prochain gagnant. Dans tous les cas, c’est en particulier que Tekna aura la possibilité de déplacer un traîneau avec ses sœurs et frères cet hiver. «Vous sautez haut sur le club par-dessus une charrette juste derrière le traîneau et criez« marchez »ou« allons-y », et le plaisir critique commencera», déclare Deb. « C’est addictif. »

Le leadership sur internet

Aujourd’hui, les entreprises sont confrontées à une pléthore de possibilités découlant du changement électronique. Néanmoins, tous les chefs de file des entreprises ne savent pas comment transformer de telles opportunités en valeur tangible pour leur organisation. Le défi persistant est de savoir comment ils peuvent conduire à des techniques de transformation numérique réussies pour améliorer l’efficacité et assurer le développement de l’entreprise. L’augmentation de l’efficacité peut créer une croissance et des bénéfices plus rapides pour les entreprises. Et cela stimule également la croissance économique, qui à son tour crée de nouveaux emplois et améliore les normes de résidence. Le FMI estime que le PIB des systèmes financiers avancés sera supérieur d’environ 5 % aujourd’hui si la tendance au développement de l’efficience pré-située se poursuit. Néanmoins, un rapport du FMI récemment disponible a révélé que la productivité dans les systèmes financiers créés a considérablement diminué depuis la crise économique et reste atone, avec l’instabilité gouvernementale, la diminution de l’industrie mondiale ainsi que le rythme lent des progrès technologiques étant mentionnés parce que les facteurs clés menant à la mauvais résultats. Et si les entreprises n’ont aucun contrôle sur l’environnement géopolitique, elles pourraient gérer le déploiement des technologies dans leurs propres services et c’est là que réside la grande chance. Nos propres estimations suggèrent que les technologies électroniques apporteront 8,6 billions de dollars en gains de productivité dans le monde industriel au cours des dix prochaines années. Ces innovations promettent d’apporter une vitesse et une efficacité accrues à des secteurs aussi divers que l’aviation, le rail, la production d’électricité, l’amélioration du pétrole et du gaz essentiels et la prestation des soins de santé. Ils promettent une croissance économique plus forte, un travail bien meilleur et plus important, ainsi qu’un meilleur cahier des charges. Mais comment les chefs de file des entreprises peuvent-ils pousser des techniques de transformation électronique réussies pour améliorer la productivité et assurer la croissance de l’entreprise ? Il existe de nombreuses méthodes pour améliorer la productivité et une pléthore de solutions logicielles qui vous aideront à y parvenir. Néanmoins, trouver la bonne technologie pour votre entreprise ne doit pas être écrasante. Concentrez-vous sur la connaissance de vos forces et de vos faiblesses en tant qu’entreprise et sur la détermination des résultats clairs et des améliorations que vous devez apporter au sein de votre entreprise. Et utilisez-le comme principe de base pour sélectionner les systèmes Industrial Web of Things (IIoT) qui pousseront ces améliorations. L’IIOT est l’un des meilleurs moyens d’améliorer la productivité dans tous les secteurs. Nos propres estimations affirment que les technologies numériques apporteront 8,6 billions de dollars en gains de productivité dans le monde commercial au cours des dix prochaines années. Le Web commercial, qui relie les machines, les diagnostics d’articles, les logiciels, les analyses et les individus, peut valoir environ 173 milliards de livres sterling dans le monde, par rapport au Web client, agence web qui est évalué à environ 131 milliards de livres sterling. Le maillage plus profond de la planète électronique avec le royaume des machines a le potentiel d’apporter une transformation profonde aux industries mondiales. Nous l’appelons « l’énergie d’un pour cent ». Dans le secteur de l’aviation industrielle, une petite économie d’un % sur la consommation mondiale d’énergie de l’aviation entraînerait des économies de coûts massives d’environ 23 milliards de livres sterling sur 15 ans. De même, une amélioration de 1 % de l’efficacité du parc mondial de centrales à essence pourrait générer plus de 50 milliards de livres d’économies d’énergie. Ce sont des nombres décroissants basés sur des avantages en pourcentage minuscules. Les économies de coûts réelles seront probablement bien meilleures. Notre propre expérience d’adoption complète du Web commercial en est vraiment la preuve. Grâce au déploiement d’applications industrielles numériques développées sur notre système d’exploitation IIoT Predix, nous avons pu réaliser des gains d’efficacité d’un milliard de dollars en 2017 dans nos usines du monde entier. Le Web industriel, qui connecte les appareils, les diagnostics de produits, les logiciels, les statistiques et les individus, peut valoir environ 173 milliards de dollars dans le monde, par rapport à l’Internet grand public, qui est évalué à environ 131 milliards de dollars. Lorsque nous avons commencé notre transformation numérique chez GE il y a 8 ans, nous avons découvert que notre entreprise risquait d’être désintermédiée par les entreprises de logiciels. Pour relever ce défi, nous avons examiné comment nous pourrions réorganiser notre entreprise pour la rendre vraiment beaucoup plus agile. Le changement numérique ne peut pas se produire sans changement organisationnel, c’est pourquoi nous avons réorganisé notre entreprise en examinant exactement ce que les entreprises les plus perturbatrices de la Silicon Valley avaient effectué pour manœuvrer si rapidement et en l’adaptant à l’atmosphère. Dans un environnement commercial, il est important de gérer les risques – mais cela peut ralentir les entreprises. Nous avons donc créé une culture autour du « fastworks », une méthodologie agile et facile pour créer de la valeur rapidement au moindre coût possible – sans perdre de vue les exigences essentielles des ressources comme les moteurs à réaction et les éoliennes. Cela nous permet d’échouer petit et fréquemment – mais surtout d’apprendre vite. Cela nous permet de constituer des groupes autour de problèmes rapidement, à peu de frais – et chaque fois que nous savons que nous avons maintenant la bonne solution, nous pouvons investir et évoluer très rapidement. Les hiérarchies conventionnelles ne vous permettent tout simplement pas de changer aussi rapidement, et vous devez vous adapter rapidement pour devenir une entreprise industrielle vraiment électronique. Pour pouvoir accélérer l’avancement et le changement commercial, les entreprises pionnières doivent apprendre à manœuvrer plus rapidement – pour réduire le temps de lancement de nouveaux produits et services. Et par conséquent, vous devez créer une structure d’entreprise qui s’adapte au changement et à la vitesse. Cela signifie passer de la stratégie traditionnelle de « preuve de concept » et mettre en œuvre des cadres agiles pour gérer les projets informatiques et les changements organisationnels. Cela implique de sortir les individus de leur domaine fonctionnel et de s’éloigner de la conception d’administration de contrôle/gestion qui domine les environnements d’exploitation conventionnels. En incitant les individus à se rassembler et à croire hors du paquet, les entreprises peuvent favoriser la collaboration et l’innovation, ce qui, en transformant, améliore l’efficacité.

Les risques de non conformité

Les entreprises pharmaceutiques et médicales consacrent plus de temps et de ressources à la conformité que jamais auparavant, mais les problèmes de conformité continuent de croître. Les avertissements de non-conformité dans le secteur de la santé ont fortement augmenté au cours des cinq dernières années, tout comme les rappels de dispositifs médicaux et les pénuries de médicaments en raison de problèmes de qualité. Et ces problèmes ajoutent des coûts et des risques importants à l’entreprise.
Qu’est-ce qui a changé ? Les exigences de conformité dans le monde se sont multipliées depuis 2000. Dans le même temps, les portefeuilles de produits et les organisations pharmaceutiques et médicales se sont développés rapidement et sont devenus plus complexes. Cette combinaison a créé une tempête parfaite en conformité pour de nombreuses équipes de direction.
Un chemin compliqué
Pendant des décennies, la croissance a été la priorité absolue de l’industrie, et de nombreuses entreprises ont supposé que chaque dollar de chiffre d’affaires tomberait dans le résultat net. Au lieu de cela, la croissance a apporté de la complexité et, avec elle, de nombreux coûts cachés. Comme nos collègues le déclarent dans le livre The Founder’s Mentality récemment publié, la complexité est le tueur silencieux de la croissance. Cela ralentit l’innovation, le temps de mise sur le marché et entrave la prise de décision dans l’ensemble de l’organisation. En fait, pour de nombreuses entreprises de soins de santé, un investissement sans entrave dans la croissance crée en fait un frein à l’activité principale. Les portefeuilles de produits, les organisations, les processus et les empreintes géographiques complexes augmentent également la vulnérabilité d’une entreprise aux retards et aux oublis de conformité, y compris les dépôts tardifs et l’échec de la mise à jour des enregistrements critiques.
La complexité n’est pas la seule cause de non-conformité, mais plus un portefeuille ou une organisation pharmaceutique est complexe, plus il est difficile de maintenir une approche rigoureuse de la conformité. L’une des meilleures façons dont les équipes de direction peuvent gérer ce risque est de revoir et de simplifier régulièrement l’entreprise partout où elles le peuvent, en élaguant les portefeuilles de produits et en rationalisant l’organisation, les processus et les zones géographiques. La simplification a un triple avantage : elle améliore la sécurité des patients, réduit la probabilité de problèmes de conformité et crée des portefeuilles plus sains qui peuvent croître plus rapidement.
Le coût de la non-conformité peut être substantiel : prendre une action corrective et préventive (CAPA) peut totaliser jusqu’à 10 000 $ ; adresser une lettre d’avertissement peut coûter 2 millions de dollars pour une solution simple ou jusqu’à 20 millions de dollars si elle nécessite des modifications à la production ; et la résolution d’un décret de consentement peut dépasser 100 millions de dollars. La complexité peut également entraîner une augmentation des investissements en capital, des coûts d’exploitation plus élevés sur les produits existants, des distorsions et des inefficacités de la chaîne d’approvisionnement, et des coûts croissants pour résoudre les problèmes de conformité en temps réel. Dans le pire des cas, les régulateurs peuvent exiger que les entreprises retirent des produits du marché.
De nombreuses entreprises pharmaceutiques et médicales connaissent trop bien les inconvénients de la complexité. Au fur et à mesure que la croissance régulière étend les exigences de conformité, elle peut submerger les personnes et les systèmes chargés de maintenir à jour les licences, les étiquettes et les déclarations auprès des autorités nationales. Dans le même temps, la complexité accrue rend plus difficile la gestion efficace des systèmes de surveillance qui surveillent les plaintes et les demandes de renseignements, y compris la pharmacovigilance (PV) et la surveillance post-commercialisation. Cela peut entraîner des retards dans la réponse aux autorités sanitaires.
Un portefeuille de produits plus complexe crée également un niveau de bruit beaucoup plus élevé dans le système. Les entreprises passent plus de temps à suivre et à remplir des rapports sur les produits existants avec de faibles ventes et des dossiers de sécurité éprouvés, ce qui nuit à la capacité du personnel qualité, réglementaire et PV à se concentrer sur les signaux importants affectant la sécurité des patients.
Enfin, une croissance rapide génère une plus grande variance et complexité dans le processus de fabrication. Cela, à son tour, peut entraîner des problèmes avec les partenariats d’externalisation, y compris le contrôle de la qualité, les transferts et la fiabilité de l’approvisionnement. Cela peut également produire une inadéquation dans les capacités d’équipement ou de processus entre la R&D et les opérations, limitant la normalisation des processus et entravant le contrôle de la qualité lors du transfert de technologie.
Aller au cœur
Une réponse naturelle à la complexité consiste à ajouter des personnes pour gérer les fonctions de conformité. Cette approche, cependant, traite les symptômes de la complexité sans s’attaquer aux problèmes sous-jacents. C’est une réaction coûteuse qui, d’après notre expérience, réduit rarement le risque de non-conformité. En fait, les grands services de conformité gourmands en ressources ont souvent des problèmes d’efficacité.
La complexité augmente les risques sous-jacents de non-conformité. Les conséquences peuvent inclure l’interruption de la chaîne d’approvisionnement des substances médicamenteuses, des dépôts tardifs ou un enregistrement obsolète, qui conduisent souvent à retirer des produits du marché. Les rappels de dispositifs médicaux et les pénuries de nouveaux médicaments liées à des problèmes de qualité ont fortement augmenté au cours des cinq dernières années.
Quels sont les signaux d’avertissement indiquant que la non-conformité atteint un point dangereux ? Il y en a beaucoup, mais quelques indicateurs clés méritent d’être surveillés de près. L’un est une augmentation des erreurs dans le suivi, le classement et la mise à jour des enregistrements. Le service de réglementation d’une entreprise dans un pays donné consacre généralement plus de 50 % de son temps à la mise en conformité du portefeuille. Un portefeuille en constante expansion peut exercer une pression constante sur les ressources et les processus nationaux. Lorsqu’un portefeuille est complexe, même de petits changements peuvent entraîner une cascade de mises à jour requises. Ces ajouts constants et incrémentiels peuvent submerger les systèmes locaux, en particulier la gestion informatique et documentaire, augmentant le risque de contournements coûteux ou d’erreurs dans les classements.
Un deuxième signal d’avertissement est la prolifération des codes de produits, qui survient souvent lorsque les entreprises pénètrent de nouveaux marchés avec un langage d’étiquette unique ou des exigences réglementaires. Une augmentation des codes de produits peut nuire à la qualité de fabrication de deux manières. Premièrement, des lots supplémentaires spécifiques à un pays peuvent augmenter fortement l’activité de production. Pour de nombreux fabricants, l’augmentation de la production à elle seule augmente le risque de non-conformité. En moyenne, le nombre de lots produits sur chaque site représente 30 à 50 % de la qualité. Deuxièmement, les modifications apportées aux tests et à l’étiquetage peuvent nuire à la qualité. Avec la prolifération des codes produits, des changements simples ou routiniers peuvent soudainement devenir difficiles à mettre en œuvre dans les délais requis.
Autre drapeau rouge : les variations fréquentes des méthodes d’essai, des équipements et des matières premières, et surtout l’introduction d’exigences de production non standard. Chaque fois qu’une entreprise modifie ces facteurs, cela peut ralentir le processus de production et ajouter un risque important.
Enfin, des changements fréquents de politique peuvent signaler un risque. Les entreprises peuvent avoir besoin de mettre en œuvre des changements de politique pour accommoder les autorités sanitaires locales lorsqu’elles pénètrent de nouveaux marchés ou de mettre à jour les politiques pour refléter les exigences nuancées des produits individuels, même ceux avec un très petit volume. Lorsque les entreprises modifient fréquemment les politiques, en raison de facteurs internes ou externes, les responsables n’accordent souvent pas suffisamment d’attention à la mise en œuvre, ce qui augmente le risque de conformité. Les bureaux locaux peuvent avoir besoin du soutien de l’entreprise pour rédiger des politiques locales, des investissements dans les infrastructures, des ressources supplémentaires et le renforcement des capacités. Dans le pire des cas, des politiques complexes peuvent entraîner des directives contradictoires sur les sites locaux.
Les entreprises qui ne lisent pas ces signaux d’avertissement et ne comprennent pas le lien entre la complexité et la conformité peuvent prendre des mesures pour améliorer une seule fonction, mais ne tiennent pas compte de l’impact global de leurs actions, déclenchant une boucle catastrophique qui conduit à des risques et des coûts de conformité toujours croissants. .
Les entreprises leaders réduisent le risque de non-conformité en simplifiant l’éventail des produits, l’organisation, les processus et la géographie. Leur approche comprend généralement cinq étapes :
Diagnostiquer le problème. Collectez des données sur la complexité en utilisant la qualité, la chaîne d’approvisionnement, le PV et d’autres systèmes de surveillance pour analyser les principales causes du risque de non-conformité.
Définir clairement l’objectif. Élaborer un plan d’action pour transformer le portefeuille, y compris les réductions d’unités de gestion des stocks (SKU), la restructuration de l’empreinte géographique et les changements de politique.
Identifiez le coût de la complexité et élaborez l’analyse de rentabilisation. Évaluez les opportunités de coûts et de revenus qui peuvent réduire la complexité et utilisez les faits recueillis sur la complexité, la conformité et l’évaluation des risques pour justifier le changement.
Créez un alignement dans l’ensemble de l’organisation. Assurez-vous que les experts de chaque partie de la chaîne de valeur se coordonnent ouvertement pour déterminer le bon équilibre entre complexité, rentabilité et conformité.
Suivez la complexité et évitez-la. Assurez-vous que les systèmes de surveillance sous-jacents surveillent la complexité dans toute l’entreprise, y compris le portefeuille de produits, le contrôle qualité et la conformité.
Le moyen le plus efficace de réduire le risque de conformité est de simplifier le portefeuille et l’organisation, en éliminant les causes profondes de la complexité. Les entreprises qui prennent des mesures avant que les problèmes ne surviennent créeront une valeur significative, amélioreront la sécurité des patients et géreront la croissance plus efficacement.

Les émotions par la cuisine

Votre enfant mange-t-il trop en réponse à une période difficile, cours de patisserie Tours par ennui ou peut-être lorsqu’il y a juste de bons repas? Manger émotionnellement est décrit comme manger de la nourriture lorsque nous ne sommes pas affamés ou ne mangeons pas au-delà de la satiété motivée par de bons et de mauvais sentiments. Nous avons tous connu la propension à manger émotionnellement. Qu’il s’agisse de vacances, d’un anniversaire, d’une cérémonie de mariage ou d’une fête, les repas font partie intégrante de nos vies et plus encore lors d’événements spéciaux. Ainsi, nous consommons pour de nombreuses raisons et fréquemment, manger s’étend au-delà de ce que notre faim et notre plénitude nous transmettent. La consommation émotionnelle peut être difficile si elle se transforme en un modèle et si c’est le principal (ou le seul) moyen de gérer les sentiments. L’alimentation émotionnelle est fortement liée à l’anxiété, aux troubles dépressifs, à la solitude et à la monotonie, et peut entraîner des émotions de culpabilité, de remords, de dégoût ou de honte. Ou pire encore, cela peut entraîner un trouble de l’alimentation, notamment un trouble de l’hyperphagie boulimique, la boulimie nerveuse et l’anorexie mentale. Les gens confondent souvent consommation émotionnelle et frénésie alimentaire, un problème de bien-être mental. La différence est que la condition de consommation excessive est plus grave et qu’elle est associée à des critères spécifiques. Une alimentation excessive est définie comme la consommation d’une grande quantité de repas dans un laps de temps modeste ; un sentiment d’être hors de contrôle; est affecté à la disgrâce, au stress extrême, à une mauvaise image personnelle; et interfère avec le fonctionnement quotidien. Chaque consommation excessive (ou alimentation émotionnelle) et chaque condition de consommation excessive peuvent être des moyens de gérer les émotions. Et chacun pourrait être destructeur et provoquer un dégoût personnel, une faible estime de soi et des problèmes de santé. Habituellement, la consommation psychologique peut être reconnue lorsque les enfants consomment constamment, consomment de manière importante (vous pouvez trouver des emballages de repas cachés dans leur chambre ou leur voiture) ou mangent lorsqu’ils ne meurent pas de faim. Les enfants et les adolescents peuvent être sensibles à une alimentation émotionnelle pour de nombreux facteurs tels que des problèmes de communication, une alimentation insuffisante, une consommation insensée simplement parce qu’ils sont distraits ou des problèmes de santé mentale comme ceux mentionnés précédemment. Le stress peut également s’ajouter, car les repas peuvent être apaisants, agréables et engourdissants. Afin de soutenir et d’aider votre fils ou votre fille, il est important que les parents mettent l’accent dans leurs discussions sur les actions de bien-être de la famille (et non de l’enfant), plutôt que sur le poids corporel, la silhouette ou la dimension. Une étude de 2013 dans JAMA Pediatrics intitulée « Parent Conversations About Healthy Consuming and Weight: Association with Adolescent Disordered Eating Behaviour » a révélé que les mots, en particulier de la part des mères et des pères, étaient importants lorsqu’il s’agissait de problèmes de poids et de corps. « Les mères et les pères qui ont participé à des discussions sur le poids corporel avaient des adolescents qui étaient plus susceptibles de suivre un régime, d’utiliser des comportements nocifs pour contrôler leur poids et de s’adonner à des crises de boulimie », a rapporté l’étude. « Les adolescents en surpoids/en surpoids dont les mères impliquées dans des conversations qui se concentraient uniquement sur des actions en matière d’alimentation saine étaient moins susceptibles de suivre un régime et d’utiliser une gestion du poids nuisible. Maman et papa entreprenant des conversations sur une alimentation saine ont obtenu les meilleurs résultats. » Parlez de consommer pour le bien-être (fragments osseux solides, muscles et puissance cérébrale) plutôt que de leur faire savoir qu’ils doivent perdre du poids. Évitez les méthodes de consommation limitées qui peuvent rendre les enfants et les adolescents moins vulnérables à la suralimentation, et s’assurer que les enfants mangent fréquemment et reçoivent une alimentation adéquate peut être extrêmement utile. Les parents aideront leurs enfants à découvrir des systèmes d’adaptation pour gérer les sentiments difficiles et les facteurs de stress interpersonnels en modélisant et en indiquant des alternatives telles qu’écouter de la musique, parler avec des amis, devenir actif (c’est-à-dire nager, faire de la randonnée ou jouer au baseball) et faire des choses qui assurez-vous qu’ils rigolent. Dans le cas où vous avez besoin d’aide avec celui que vous aimez qui mange psychologiquement, demandez l’aide d’un consultant ou d’un diététicien qui est au courant des problèmes d’alimentation et peut vous orienter.

Productivité augmentée grâce au web

De nos jours, les entreprises bénéficient d’une pléthore d’opportunités découlant du changement électronique. Néanmoins, tous les chefs de file des entreprises ne savent pas comment ils peuvent transformer ce type d’opportunités en valeur perceptible pour leur entreprise. Le défi persistant est de savoir comment ils peuvent conduire à des techniques de changement électronique efficaces pour améliorer la productivité et assurer la croissance de l’entreprise. Une efficacité croissante peut créer un développement plus rapide et des bénéfices pour les entreprises. Et en plus, cela stimule la croissance financière, ce qui crée de nouveaux emplois et améliore les normes de résidence. Le FMI estime que le PIB des systèmes financiers avancés sera supérieur d’environ cinq pour cent aujourd’hui si le modèle de développement de l’efficience pré-situation se poursuit. Néanmoins, un rapport du FMI récemment disponible a révélé que l’efficacité des systèmes financiers développés a considérablement diminué en raison de la crise financière et reste lente, avec l’instabilité politique, la diminution de l’industrie mondiale ainsi que la lenteur des progrès technologiques étant cités comme les aspects importants contribuant à la mauvais résultats. Et bien que les entreprises n’aient aucun contrôle sur l’environnement géopolitique, SEO Inside elles peuvent gérer la mise en œuvre des technologies dans leurs propres services individuels et c’est là que réside la grande chance. Nos propres estimations affirment que les systèmes électroniques apporteront 8,6 billions de dollars en gains de productivité dans le monde commercial au cours de la décennie suivante. Ces améliorations garantissent d’apporter une meilleure vitesse et efficacité à des secteurs aussi divers que l’aviation, le rail, la production d’énergie, l’amélioration du pétrole et du gaz et la prestation des soins de santé. Ils conservent la promesse d’une croissance économique plus puissante, d’emplois bien meilleurs et bien plus nombreux, et de conditions de vie plus élevées. Mais exactement comment les dirigeants d’entreprise peuvent-ils promouvoir des stratégies de changement électronique efficaces pour améliorer la productivité et assurer le développement de l’entreprise ? Il existe d’innombrables méthodes pour améliorer la productivité et une gamme de logiciels qui vous aideront à y parvenir. Néanmoins, choisir la meilleure technologie pour votre entreprise n’aura pas besoin d’être frustrant. Concentrez-vous sur la compréhension de vos forces et de vos faiblesses en tant qu’entreprise et sur la détermination des résultats clairs ou des améliorations que vous devez faire avancer dans votre entreprise. Et utilisez-le comme principe de base pour choisir les systèmes du Web des objets commerciaux (IIoT) qui pousseront ces améliorations. L’IIOT est l’un des meilleurs moyens d’améliorer l’efficacité dans tous les secteurs. Nos propres estimations suggèrent que les systèmes numériques fourniront 8,6 billions de dollars en gains de productivité dans le monde commercial au cours de la prochaine décennie. Le Web commercial, qui relie les machines, les diagnostics de produits, les logiciels, les statistiques et les individus, vaut environ 173 milliards de dollars dans le monde, comparé à l’Internet grand public, dont le prix est d’environ 131 milliards de livres. Le maillage beaucoup plus profond de la planète numérique avec le royaume des machines soutient la possibilité de produire une transformation profonde dans les secteurs mondiaux. Nous l’appelons « le pouvoir d’un pour cent ». Dans le seul secteur de l’aviation commerciale, un minuscule % de conservation de l’utilisation mondiale de carburant d’aviation entraînerait une énorme économie d’environ 23 milliards de livres sterling sur 15 ans. De même, une amélioration de 1 % de l’efficacité du parc mondial de centrales électriques au gaz pourrait générer plus de 50 milliards de livres d’économies sur la consommation de carburant. Ce sont des chiffres à couper le souffle basés sur des gains en pourcentage minuscules. Les économies de coûts réelles seront probablement beaucoup plus importantes. Notre propre expérience d’embrasser complètement le Web commercial en est la preuve. En raison du déplacement des applications commerciales électroniques créées sur notre système d’exploitation IIoT Predix, nous avons pu réaliser des gains d’efficacité d’un milliard de dollars en 2017 dans nos installations de production dans le monde. L’Internet industriel, qui relie les appareils, les diagnostics de produits, les logiciels, les analyses et les individus, peut valoir environ 173 milliards de livres sterling dans le monde, par rapport au Web client, qui est évalué à environ 131 milliards de dollars. Chaque fois que nous avons commencé notre changement numérique dans GE il y a 8 ans, nous avons constaté que notre entreprise était vulnérable à la désintermédiation par les sociétés de logiciels. Pour relever ce défi, nous avons examiné la façon dont nous pourrions réorganiser notre entreprise pour la rendre beaucoup plus agile. La transformation électronique ne peut se produire sans modification organisationnelle, c’est pourquoi nous avons réorganisé notre entreprise en examinant ce que les entreprises les plus perturbatrices de la Silicon Valley faisaient pour évoluer si rapidement et en l’adaptant à notre environnement. Dans un contexte commercial, il est important de gérer les risques, mais cela peut ralentir les entreprises. Nous avons donc créé une tradition autour des « fastworks », une technique simple et agile pour créer de la valeur rapidement au prix le plus bas possible – sans perdre de vue les exigences critiques des actifs tels que les moteurs à réaction et les éoliennes. Cela nous permet d’échouer petit, et souvent – mais surtout d’apprendre rapidement. Cela nous permet de constituer des équipes sur les problèmes rapidement, à faible coût – et ensuite, lorsque nous savons que nous avons maintenant la meilleure solution, nous pouvons investir et niveler très rapidement. Les hiérarchies traditionnelles ne vous permettent tout simplement pas d’aller aussi vite, et vous devez vous adapter rapidement pour être une véritable entreprise industrielle électronique. Afin d’accélérer l’avancement et la transformation de l’entreprise, les pionniers des entreprises doivent apprendre à manœuvrer plus rapidement – pour réduire le temps de lancement de nouveaux produits et services. Et par conséquent, vous devez créer une structure d’entreprise qui s’adapte aux changements et à la vitesse. Cela signifie s’éloigner de l’approche conventionnelle de « preuve de concept » et mettre en œuvre des cadres agiles pour gérer les projets informatiques et les changements organisationnels. Cela implique de faire sortir les gens de leur domaine fonctionnel et de s’éloigner de la conception de gestion de contrôle/contrôle qui domine les environnements de travail traditionnels. En incitant les individus à travailler ensemble et à sortir des sentiers battus, l’entreprise peut encourager la coopération et l’innovation, ce qui à son tour améliore l’efficacité.

La perte de l’Afghanistan par les USA

L’assaut des talibans contre l’Afghanistan et la gestion officielle du pays en une semaine nécessitent une analyse de ce qui a mal tourné. Les événements et la dynamique qui ont entraîné ces énormes problèmes de la part des États-Unis, du gouvernement fédéral afghan et de l’armée montrent clairement à quel point il avait été incorrect d’entendre des experts et des «experts afghans» qui, il y a deux semaines à peine, ont fourni leurs évaluations de l’avenir. de l’Afghanistan fondé sur l’espoir et l’optimisme plutôt que sur la vérité et les réalités du terrain. L’Afghanistan est en état de guerre depuis 45 ans. Dans les années 1980, l’Union soviétique a pénétré en Afghanistan, a exterminé d’innombrables citoyens afghans et a créé la meilleure situation de réfugiés de l’époque contemporaine. Au cours des deux dernières décennies, les États-Unis ont envahi et occupé l’Afghanistan, ont dépensé plus d’un billion de dollars et ont participé à une bataille qui a tué plus de 170 000 résidents afghans. Au sommet de la liste des raisons de cet affrontement sans limites figuraient les invasions et les professions étrangères des «infidèles» combinées à de graves clivages ethnolinguistiques qui ont collectivement alimenté une méfiance importante parmi de larges pans de la population du pays. Les organisations terroristes et les intrus régionaux ont également immédiatement et finalement conduit à l’instabilité et au conflit afghans. Pour la période que vous avez passée aux États-Unis en Afghanistan, nous voudrions néanmoins ajouter que l’incertitude quant à ce que nous espérions accomplir là-bas et qu’une stratégie fréquemment changeante s’ajoute à une grave idée fausse sur la population, la politique nationale et la culture de l’Afghanistan sont essentielles pour être conscient de ce s’est finalement produit. Le retrait américain a déjà créé ce qui va être des changements à long terme et profonds pour l’Afghanistan et toute la région de l’Asie du Sud et du Centre. Le choix de partir reflète finalement un échec profond causé par des réalités historiques et interpersonnelles, de mauvaises options politiques et une mauvaise stratégie. De nombreux aspects sont impliqués ici, mais 5 se démarquent. Initialement, 1979 a observé de puissants changements dans les groupes islamiques radicaux. Il était en partie responsable d’une année civile très difficile pour vos États-Unis, l’Afghanistan et d’autres. En novembre, la prise de contrôle de l’ambassade des États-Unis à Téhéran, en Iran, a détruit les relations de l’Amérique avec son allié le plus proche dans la région. Plus tard au cours de ces 30 jours, des étudiants islamiques à Islamabad, au Pakistan, ont incendié l’ambassade américaine là-bas, tuant quatre personnes. Plus tôt, en février, l’ambassadeur des États-Unis en Afghanistan, Adolph « Spike » Dubs, avait été kidnappé et anéanti à Kaboul. Enfin, en décembre, les Soviétiques ont pénétré en Afghanistan pour consolider sa routine marxiste fantoche chancelante, apparemment sous la doctrine Brejnev qui reposait sur l’idée que l’Union soviétique avait la responsabilité de renforcer toute routine marxiste contiguë qui était poussée. Soudain, en l’espace de deux mois, des islamistes en colère et des marxistes soviétiques professionnels ont contrarié les espoirs américains pour ce coin du monde. Les États-Unis en dessous de chacun des présidents Jimmy Carter et Ronald Reagan ont réussi à transformer l’occupation soviétique de l’Afghanistan en son propre Vietnam – un objectif majeur des États-Unis. Les services militaires américains ont considérablement aidé ceux que Reagan appelait les combattants de l’indépendance afghane. L’aide des États-Unis à ces moudjahidines – à l’époque le plus grand programme d’aide secrète pour un groupe de tous les temps – était presque exclusivement dispersée par la Direction du renseignement interservices pakistanais (ISI). Le Pakistan a également formé un certain nombre de ces groupes au milieu des années 70. Le contrôle de l’aide signifiait également que les Pakistanais subissaient une influence substantielle sur les moudjahidines à un moment donné lorsque l’islamisme augmentait, de sorte que l’Afghanistan était devenu le champ de bataille idéologique initial entre le marxisme et l’islamisme. Peu de temps après le retrait de l’URSS au nord de la rivière Amou-Daria en 1989, les États-Unis mettent fin à la plupart de leurs partenariats avec l’Afghanistan en plus du Pakistan. (Le chef Ronald Reagan et le président Mikhaïl Gorbatchev de l’Union soviétique ont inauguré les accords de Genève de 1988, et le président George HW Bush a invoqué l’amendement Pressler en 1990, ce qui a provoqué ces occasions.) Au cours de ses 10 années d’aide aux moudjahidines, les États-Unis Les États n’ont absolument rien découvert sur les subtilités du peuple afghan, son histoire ou ses traditions – un problème qui continuerait de perturber la plupart de nos mesures pendant les 20 ans que les États-Unis ont mis en Afghanistan. Deuxièmement, parce que les communistes afghans ont commencé à disparaître, les moudjahidines, dont beaucoup avaient été des islamistes extrémistes et étaient finalement devenus la base des talibans au début des années 90, avaient été laissés de côté. Néanmoins, les clivages culturels, tribaux, linguistiques et spirituels importants et fréquemment renforcés qui divisent la culture afghane se sont accentués. Mais les États-Unis n’étaient fondamentalement pas conscients de leur importance. Les Pachtounes, qui résident dans le sud et l’est de l’Afghanistan, ont recherché leurs frères ethniques dans le Pakistan voisin ; principalement des haut-parleurs chiites Hazara et Dari/Farsi de l’ouest de l’Afghanistan transformés vers l’Iran ; et les Afghans tadjiks, ouzbeks et turkmènes de votre nord recherchaient l’aide de vos pays voisins post-soviétiques. Ces divisions n’avaient été que la suggestion de l’iceberg dans le mélange d’identification complexe qui secoue continuellement l’Afghanistan et que les États-Unis n’ont jamais compris.

Des villes commes des écosystèmes avec le digital

Les systèmes numériques alimentent le développement des villes connectées du futur. Notre étude à Copenhague avec des organisations qui dirigent le plan de transformation numérique révèle qu’il existe quatre facteurs essentiels et personnels qui sont importants pour répondre aux besoins à long terme des villes et de ses résidents. D’ici 2050, 68 % de la population mondiale vivra dans des zones métropolitaines. Cela peut sans aucun doute exercer une pression sur les services publics, les sources et les délais. Partout dans le monde, les relations public-privé générales sont saluées comme la réponse à ce défi croissant. Nous pensons que ces relations doivent accepter les technologies électroniques et aller au-delà des structures, procédures et modes de fonctionnement actuels. Il est important pour les entreprises, les entrepreneurs, les décideurs politiques, ainsi que d’autres, de mieux comprendre les complexités qui existent au sein des écosystèmes urbains plus larges, non seulement pour être en mesure d’ajouter favorablement, mais aussi de reconnaître et d’utiliser au mieux les opportunités émergentes. Dans ce contexte, nous avons entrepris une étude à Copenhague, au Danemark, pour découvrir comment la ville est le fer de lance d’une méthode de pointe de conférence sur les besoins actuels et à long terme et travaille avec plusieurs compagnons pour offrir des options numériques de pointe. Dans le cadre d’un projet d’étude plus large, nous avons investi du temps dans les perspectives de transformation numérique au Copenhagen Options Lab (CSL). CSL est l’incubateur révolutionnaire de Copenhague pour les initiatives de villes intelligentes itinérantes et contribue à un double objectif de propulser les compétences numériques de la ville à travers des laboratoires vivants et des plateformes de gouvernance, et de servir à satisfaire les KPI de la ville de Copenhague. Nous avons également rencontré des représentants de TDC Group (important fournisseur de télécommunications et de Web of Things), LeapCraft (fournisseur de solutions et d’analyses d’air pur), la ville de Copenhague (solutions pour les visiteurs et stratégie de la ville) et Cisco (solutions système). Sur la base de nos découvertes, nous disposons d’un cadre de changement numérique de 4xC qui peut être utile pour les zones métropolitaines et les entreprises du monde entier. Nous considérons les 4xC comme une structure automotrice, car les partenaires de l’ensemble de l’écosystème contribuent avec leurs connaissances, partagent leur expertise et innovent en remettant en question le statu quo. La consommation reflète l’évolution dynamique des modes de communication des citoyens avec les services de la ville. Afin de pousser une consommation durable et consciencieuse, la technologie devrait aider à fournir des solutions citoyennes, telles que l’eau, l’énergie, les soins de santé et les transports, qui soient claires et axées sur les consommateurs pour répondre aux exigences des communautés et des résidents individuels. . De nombreux habitants ne souhaitent plus être des clients peu agressifs guidés depuis la ville, mais tentent d’être des individus autonomes et dynamiques dans le commerce de solutions entre la ville, plus belles villes du monde les fournisseurs et les quartiers. Avec l’augmentation de l’Internet des objets (IoT), des systèmes transparents et une consommation motivée, la fourniture de l’industrie publique nécessitera un mode de travail transparent. Il ne serait plus possible pour des fournisseurs importants, comme les fournisseurs d’essence, d’eau potable et d’électricité, de réaliser des bénéfices extraordinaires en utilisant des structures tarifaires en constante augmentation. L’opposition au maintien des résidents à un tarif standard plus élevé sera répandue, car les tarifs axés sur la consommation feront pression sur une modification de leurs modèles d’entreprise. Les fournisseurs, les prestataires de services ainsi que d’autres entreprises seront tenus d’adopter des modèles commerciaux beaucoup plus agiles et réactifs aux consommateurs qui ne se contenteront pas de réagir, mais discuteront en outre des termes basés sur la consommation des personnes, les circonstances individuelles et, dans le cas de l’énergie, la contribution les citoyens se dirigent vers le réseau intelligent via leurs propres panneaux solaires et d’autres ressources énergétiques renouvelables. Cela peut être une toute nouvelle conception économique qui perturbe les normes, les habitudes et les pratiques organisationnelles établies. Les technologies réactives, personnalisées et adaptatives sont devenues omniprésentes, nous considérons donc la connectivité en ligne en permanence comme le principal « boulon » des zones métropolitaines connectées. La miniaturisation et l’utilisation plus large de la technologie des capteurs ont créé de meilleures opportunités pour le câblage des zones métropolitaines et la connexion de gadgets, d’articles, de systèmes et de personnes. Gartner (2018) prévoit que 20 % des résidents des pays créés utiliseront des assistants d’IA pour les aider dans un éventail d’emplois opérationnels.

Boeing relance la production de son 737 normal

Boeing Co (BA.N) a rebondi en août pour livrer 48 monocouloirs 737 et a étendu son avance sur son concurrent Airbus (AIR.PA) pour de nouvelles commandes. Les livraisons de Boeing en août 2007, annoncées mardi, sont une amélioration par rapport aux 29 livraisons de juillet, ce qui en fait l’un des plus bas de tous les mois, en raison des retards persistants des fournisseurs qui ont entraîné l’accumulation d’aéronefs inachevés dans son usine de Renton, Washington. Le plus grand fabricant de machines à sous du monde a déclaré qu’il réalisait de «bons progrès» dans la résolution du problème de l’impasse dans les faits d’ici la fin de l’année. Les avions de ligne à réaction à une seule rangée A317 de Boeing 737 et Airbus (AIR.PA) sont chacun des vaches à lait des avionneurs, et les livraisons se traduisent par de gros paiements des compagnies aériennes. Boeing a également indiqué que ses commandes nettes en 2018 totalisaient 581 avions jusqu’en août, contre 487 fin août. Cela comprend 90 commandes en août pour 737 variantes provenant de sociétés de leasing et de clients non identifiés. Selon des sources de l’industrie, baptême de l’air Narbonne bon nombre de ces commandes ont confirmé les activités dévoilées au salon aéronautique de Farnborough en juillet. Airbus a été plus lent à confirmer de telles commandes par rapport aux deux années précédentes, lorsque la plupart des activités de spectacles aériens avaient été officialisées à la fin du mois d’août.

Airbus a enregistré cette semaine 219 commandes nettes de janvier à août, dont cinq en août. Il avait annoncé que des commandes fermes avaient été commandées à Farnborough pour 145 appareils, dont certains étaient inscrits avant l’événement, ce qui laisse environ 90 commandes encore à venir. Airbus a déclaré que certaines commandes étaient en cours de vérification et a mis en garde de ne pas trop en dire sur le rythme des réservations. « Un mois n’est pas représentatif de l’ensemble de l’année, en particulier du mois d’août », a déclaré un porte-parole, évoquant le ralentissement de l’été dans les activités européennes. Mais l’écart a suscité de nouvelles interrogations quant à une commande historique de 34 avions gros-porteurs A330neo supplémentaires auprès de AirAsia (AIRA.KL). L’accord conclu avec Farnborough avait porté la commande A330neo du groupe à 100% et était considéré comme un élément essentiel pour consolider le modèle de vente au ralenti. Cela a été fait après une bataille entre Airbus et Boeing, le transporteur longue distance AirAsia X, qui fait partie de la société malaisienne AirAsia (AIRA.KL), le plus gros client asiatique d’Airbus. [L8N1UF4RI] En juillet, Airbus a qualifié cette opération de « ferme », ce qui, selon les observateurs, signifie généralement que les approbations ont été reçues et les dépôts versés. Mais deux sources de l’industrie ont déclaré que les détails n’avaient pas encore été résolus. La publication industrielle CAPA a annoncé la semaine dernière qu’AirAsia X pourrait remplacer 40 de ses commandes d’A330neo par le plus petit A321neo, annulant ainsi l’annonce de Farnborough.

Mieux utiliser sa tête

Nos esprits travaillent dur pour générer des possibilités qui nous procurent confort et plaisir et aussi pour éviter les situations qui provoquent la misère. Votre cerveau fonctionne 24 heures sur 24, sans prendre de temps libre. Même si le corps dort, notre cerveau est en train de travailler pour tous les emplois administratifs banals (même si cruciaux), comme la sélection de nouvelles informations et la tenue de nouveaux souvenirs. Il y a deux problèmes que nos esprits aiment avoir: l’option et la gestion. Plus la sélection est grande, plus la gestion est élevée. Une fois que nous avons la possibilité de choisir notre cours personnel, nous augmentons nos chances de réussite et de bons résultats – et le cerveau humain aime également ces éléments. Comment pouvons-nous réaliser que le cerveau aime ces attributs? Les neurochimiques sont libérés, donnant des impulsions au moyen de voies dans le cerveau. Nous comprenons comment décoder les indicateurs du cerveau en fonction de ce que nous ressentons vraiment lorsque les composés chimiques sont lancés. Des substances neurochimiques particulières, comme la noradrénaline, nous procurent des sentiments de satisfaction ou d’incitation. D’autres, comme le cortisol, nous informent que les situations ne sont pas si bonnes au moyen d’émotions d’anxiété, de dépression ou de frustration. Ces messagers chimiques sont déclenchés par la partie émotionnelle de notre esprit, qui pourrait passer outre toutes les autres impulsions avec une préoccupation concernant l’utilisation des voies indiquées. Dans ce sens, notre cerveau émotionnel régule le corps. C’est souvent une bonne ou une mauvaise chose, selon la situation. Malheureusement, les capacités mentales émotionnelles sont entièrement dépossédées du raisonnement. Les bébés sont un merveilleux exemple d’un cerveau humain qui ne transmet pratiquement que par des pensées intérieures. Certains types d’anxiété peuvent également obscurcir notre réflexion ou nous faire sentir beaucoup moins en contrôle. Dans les configurations professionnelles ou sociables, travailler sur le sentiment plutôt que sur la raison peut avoir de terribles implications. Heureusement, il existe d’autres caractéristiques de l’esprit pour nous aider. Dans cet instantané, vous découvrirez plus sur le fonctionnement du cerveau et sur la façon de générer beaucoup plus d’opportunités pour votre esprit d’activer des neurochimiques de bonne humeur.

Sécurité aérienne: l’importance du pilote instructeur

Enseigner, c’est bien, mais enseigner quelque chose que vous aimez faire, c’est encore mieux. Dans cet article, je découvre le travail incroyable d’instructeur de vol qui est probablement l’un des meilleurs travaux pour quiconque s’intéresse à l’envol. Les instructeurs de vol forment les élèves à voyager en avion et les préparent aux évaluations pour obtenir des permis. Les instructeurs sont des pilotes hautement qualifiés qui ont des classements uniques qui leur permettent d’enseigner. Dans les classes d’étage-collège, ils aident leurs élèves à découvrir des capacités de montée en flèche spécifiques – comment lire les sections d’outils d’avion, par exemple. Ils décrivent également les principes des mathématiques et de la physique qui sont importants pour le vol. D’autres classes incluent le temps de montée en flèche supervisé, pilote d’avion où ils fournissent des commentaires et peuvent demander aux étudiants d’effectuer les mêmes tâches ou manœuvres souvent. Certains instructeurs utilisent des simulateurs ou des avions et des hélicoptères à double gestion. La Government Aviation Management (FAA) exige que les formateurs de vol des compagnies aériennes aient des diplômes d’études secondaires. Les programmes du secondaire en géographie, sciences, mathématiques et magasin sont une bonne planification. Les compagnies aériennes ont besoin que leurs instructeurs aient au moins deux ans d’études collégiales. Beaucoup préfèrent les formateurs qui ont des niveaux universitaires. Les formateurs doivent avoir des licences de pilote personnel et des permis de pilote industriel, qui ont des spécifications particulières d’âge, de vue et de capacité. Les permis nécessitent également un certain nombre d’examens donnés par la FAA, tels que l’observation des vols des compagnies aériennes. Les candidats au classement des instructeurs de vol des compagnies aériennes doivent réussir des tests de la FAA similaires à ceux des licences de pilote professionnel: une évaluation physique réelle rigoureuse; un chèque écrit couvrant les règles de l’aviation du gouvernement fédéral, les méthodes de menu, la procédure stéréo et la météorologie; et une vérification des performances globales en vol. Ils doivent également réussir des évaluations dans les manœuvres de formation au vol des compagnies aériennes et des évaluations à la fois composées et pratiques sur le coaching de vol des compagnies aériennes. Les pilotes qui souhaitent devenir instructeurs se préparent à ces évaluations en lisant les manuels de pilotage des compagnies aériennes et en suivant des cours. Les futurs entraîneurs doivent également avoir un certain nombre de 100 heures de vol. Les instructeurs de vol reçoivent des qualifications pour voyager et enseigner aux pilotes d’aéronefs de classes particulières d’aéronefs. Ils doivent obtenir des classements supplémentaires pour piloter et former des pilotes d’autres types d’avions. Les écoles en plein essor ont normalement des lieux de travail de positionnement qui aident leurs élèves à découvrir le travail en tant qu’instructeurs. Les chercheurs d’emploi peuvent également postuler directement dans les aéroports, les collèges en plein essor et les organisations de vol. Possibilités d’avancement et perspectives d’emploi Les instructeurs de vol peuvent progresser si vous suivez des programmes menant à des qualifications supplémentaires. Par exemple, ils peuvent rechercher des évaluations pour voyager sur des types d’avions supplémentaires ou se qualifier pour des classements d’outils. Ces capacités avancées pourraient être découvertes alors qu’ils enseignent déjà des cours de base en flèche. Certains deviennent des formateurs en chef ou des directeurs d’enseignement pour les écoles de pilotage. D’autres personnes s’avèrent être des examinateurs de vol pour la FAA, donnant des permis aux élèves qui réussissent divers tests de vol. Avec suffisamment d’expérience et des heures de pointe, ils pourraient déménager pour travailler comme pilotes d’avion d’affaires ou de ligne. Le travail des instructeurs de vol devrait augmenter aussi rapidement que d’habitude pour tous les travaux jusqu’en 2014. Le développement prévu de l’industrie du transport aérien, en particulier le développement des compagnies aériennes sans fioritures et des visiteurs de fret, devrait produire une demande pour plus de pilotes, qui ont besoin de compagnies aériennes instructeurs de vol. Les entraîneurs de vol partagent leur temps entre les salles de classe au sol ainsi que les cockpits des avions d’entraînement. Ils doivent être individuels et rester détendus même dans des circonstances difficiles. Ils ne travaillent pas plus de huit heures par jour, mais leurs horaires sont inhabituels: les instructeurs fonctionnent lorsque leurs élèves sont disponibles. Une pause de fin de semaine et une fonction en soirée peuvent être nécessaires.